Baudelet.net

Temple de Karnak

Temple de Karnak
Photo Satellite
A l'époque de sa splendeur, le Temple était uniquement réservé au clergé. Le profane n'était pas admis à y pénétrer; il ne voyait que la haute enceinte de brique qui entourait la véritable « Ville Sainte » (à l'image du Temple de Madurai en Inde du sud).
De dimensions colossales, le Temple occupe le centre d'une zone archéologique de 123 hectares. La construction du grand Temple d'Amon-Rê, appelé encore « Temple d'empire » commença avec le début de la XIIème dynastie (1991 av. J.-C). Au cours des générations, il prit toujours plus d'ampleur et de magnificence car chaque pharaon voulut l'agrandir et l'embellir. Pendant deux mille ans Karnak fut un vaste chantier.
Temple de Karnak Le grand Temple d'Amon

Une allée majestueuse est constituée de vingt sphinx à têtes bélier (criocéphales) avec une représentation de Ramsès II entre les pattes des sphinx. Cette allée devait se prolonger jusque dans la salle hypostyle avant l'élévation du premier pylône. On peut voir au sud (à droite) les restes d'un sanctuaire romain (culte impérial).

Le premier pylône a été construit sans doute vers la fin des dynasties indigènes de la XXXème dynastie : il est donc relativement récent (IVème siècle av. J.-C.) mais il est aussi le plus vaste car le Temple s'est élargi lorsqu'il a englobé de nouvelles constructions édifiées antérieurement. Il est resté inachevé sous les Ptolémées (ce qui explique l'absence d'inscriptions) Les mesures de ce pylône colossal sont étonnantes : les murs ont une épaisseur de 15 mètres (matériaux de remplissage), la hauteur atteint environ 43 mètres, la largeur totale 113 mètres.

La Grande cour ou cour éthiopienne est ici la plus vaste des cours de tous les Temples égyptiens avec plus de 8000 m2 de surface (103 m x 84 m) ; elle date de la XXIIème dynastie. Des portiques (dits « des Bubastides ») l'encadrent de deux côtés avec deux rangées de sphinx à corps de lion et à tête de bélier. Au nord-est de la Grande cour se dresse la statue colosse (15 mètres) de Pinedjem (1045-1029 av. J.-C).

Au milieu de la cour se dresse, bien conservée, une des dix colonnes papyriformes, avec chapiteau ouvert et abaque, semblable à un grand papyrus. Les colonnes supportaient autrefois le kiosque du « pharaon éthiopien Taharqa (690-664 av. J.-C. - XXVème dynastie), ce gigantesque kiosque servait de reposoir pour les barques sacrées. La colonne a 21 mètres de hauteur et est formée de 25 tambours de pierre pour le fût et de cinq pour le chapiteau qui à lui seul, est large de 5 mètres.

Temple de Karnak
Temple de Karnak

Dans le coin droit, partiellement englobé dans la cour se trouve le Temple d'Amon-Rê de Ramsès III (1186-1154 av. J.-C.) : le pylône se dresse dans la grande cour. Huit piliers osiriaques sur chaque côté entourent la cour du Temple destiné aux barques sacrées.

Sur la façade du pylône, on observe une représentation du roi qui massacre les peuples vaincus ainsi qu'une représentation du dieu Amon auquel le Temple est consacré.

Temple de Karnak

Le deuxième pylône est précédé d'un vestibule. Deux statues de Ramsès II en granit rose en flanquaient l'entrée. Il reste à gauche un colosse debout, où Ramsès II (1279-1213 av. J.-C), est assisté d'une de ses filles, la princesse Bentanta, placée entre ses jambes (hauteur 15 mètres), avec des cartouches dont celui de Pinedjem Ier (XXIème dynastie). Le deuxième pylône mesure environ 98 m x 14 m. Sa hauteur de près de trente mètres est plus haute que la voûte de l'Arc de triomphe, à Paris. Il date du temps d'Horemheb (1323-1295 av. J.-C); il a été achevé par Séthi Ier (1294-1279 av. J.-C).

Temple de Karnak Temple de Karnak Temple de Karnak

La Grande salle hypostyle fut construite vers 1375 avant notre ère. Cette salle de 102 mètres de large sur 53 mètres de profondeur, était déjà considérée dans l'Antiquité, comme une oeuvre admirable. D'une superficie de 5 356 m2, la salle hypostyle pourrait contenir aisément la cathédrale Notre-Dame de Paris. S'y dressent sur 16 rangs 134 colonnes papyriformes de calcaire qui supportaient le toit. Formées de tambours de 1,10 mètres de haut posés les uns sur les autres, elles ont une hauteur totale de 21 mètres et avec leur 10 mètres de circonférence sont comparables à la colonne Vendôme à Paris. Les piliers des travées latérales ont une hauteur de 13 mètres et sont constitués de demi-tambours de 1,10 mètres de haut.

Entièrement peint, le décor fut d'abord exécuté en bas-relief (vers 1300 av. J.-C.) puis poursuivi en creux par économie. à différents endroits les anciennes couleurs des reliefs (surtout l'ocre jaune) sont encore visibles, particulièrement sur les fûts, les chapiteaux et les architraves. Tous les murs de la salle sont également décorés de reliefs et d'inscriptions qui représentent le pharaon devant les dieux, avec à gauche Séthi et à droite Ramsès.

Temple de Karnak

On sort de la salle hypostyle par le passage du troisième pylône. Comme il ressort des inscriptions portées sur les blocs de remplissage sortis de ses fondations, c'est Aménophis III (1390-1352 av. J.-C.) qui fit ériger cette porte à partir des restes de constructions de Sésostris Ier (1962 1917 av J.-C), Aménophis Ier (1526-1506 av. J.-C.) et Hatchepsout (1478-1458 av. J.-C.)

La cour intermédiaire ou cour d'Aménophis III s'étend entre les 3e et 4e pylônes. Autrefois quatre obélisques de granit rosé la dominaient, deux de Thoutmosis III (1458-1425 av. J.-C.) et, à l'entrée du Temple, deux de Thoutmosis Ier (1506-1493 av. J.-C.) dont il ne reste qu'un seul aujourd'hui. Ce dernier, d'environ 23 mètres de haut, d'un poids de 143 tonnes, repose sur un socle carré de deux mètres de côté portant une inscription dédicatoire du pharaon Thoutmosis.
Dans l'axe de la cour intermédiaire, on continue vers la partie la plus ancienne du Temple de Karnak avec le Quatrième pylône : plus petit que le précédent, il est gravé au nom de Thoutmosis Ier, il est aujourd'hui en assez mauvais état.

La Salle de Thoutmosis Ier (1506-1493 av. J.-C.)  est accessible par le portail du 4e pylône. Des piliers osiriaques ornent le pourtour de cette cour. Au centre s'élevaient deux obélisques monolithes de granit rosé au nom de la reine Hatchepsout (1478-1458 av. J.-C). Elle les fit édifier à l'occasion de son jubilé. L'obélisque de gauche (au nord) est resté debout; les fragments de celui de droite jonchent le sol.

Temple de Karnak
Temple de Karnak Les cinquième et sixième pylônes sont l'oeuvre de Thoutmosis Ier (1506-1493 av. J.-C.) et Thoutmosis III (1458-1425 av. J.-C). Les deux pylônes et le vestibule qui le sépare sont en mauvais état. L'espace entre les deux pylônes est occupé par des salles en enfilade très ruinées dont deux petites hypostyles comportant des piliers osiriaques. Deux statues de grès rouge d'Amon et de sa parèdre Amonet érigées par Toutankhamon après son retour d'Amarna à Thèbes, se dressent à l'entrée de la cour

Le 6ème pylône franchi, on entre dans une chapelle de granit divisée en deux pièces est ouverte de deux côtés, à l'est et à l'ouest.

Suit la grande salle des fêtes de Thoutmosis III ou Akh Menou. C'est un ensemble de plusieurs pièces qui servait aux cérémonies jubilaires. Thoutmosis III la fit ériger transversalement à l'axe central du Temple, son entrée se trouvant ainsi près de l'angle sud-ouest.
Vingt colonnes imitant des mâts en bois, portant des chapiteaux en forme de cloche et trente-deux piliers beaucoup moins hauts supportaient le plafond (44 mètres de long sur 16 mètres de large).

La porte orientale s'ouvre dans le mur d'enceinte en briques crues haut de 19 mètres; les Ptolémées et avant eux déjà Nectanebo Ier (380-362 av. J.-C.) avaient entouré le domaine d'Amon d'un rempart. La distance du premier pylône au portail oriental est d'environ 450 mètres.

 
Temple de Karnak

Les 7e, 8e, 9e et 10ème pylônes appartiennent à l'allée des processions. Au-delà, une allée de sphinx criocéphales conduisait jusqu'au Temple de Mout. Les deux domaines avaient chacun leur lac sacré. Celui du Temple de Karnak, de forme rectangulaire, est alimenté par les eaux d'infiltration de la nappe phréatique.

De colossales statues en granit de pharaons du Moyen et du Nouvel Empire flanquent le 7e pylône. Hatchepsout édifia le 8e pylône. Les scènes religieuses et cultuelles sont bien conservées, ainsi que la représentation des ennemis massacrés par Aménophis II sur la face sud.

Temple de Karnak
Les 9e et 10e pylônes ferment une cour sur laquelle s'ouvre à l'est un petit Temple d'Aménophis II (relativement bien conservé avec des reliefs qui ont en partie gardé leurs couleurs). Les deux pylônes furent érigés sous Horemheb avec des blocs provenant des Temples démolis d'Akhenaton.
Autres Obélisques : Place de la Concorde (Paris) - Louxor (Egypte) - Istanbul (Turquie)
Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés