Baudelet.net

Temple de Kom-Ombo

Temple de Kom-Ombo
Photo Satellite
 

Temple de Kom-Ombo - David Roberts

Le temple ptolémaïque de Kom-Ombo est un temple double consacré au dieu Sobek à tête de crocodile et au dieu Haroéris à tête de faucon. Précédé d'un pylône son plan est semblable à celui d'Edfou. Ici, comme il s'agit d'un temple double, une ligne virtuelle suit l'axe central, le divise dans sa longueur en deux parties égales avec son enfilade de portes et son sanctuaire.

Chaque partie du temple est consacrée, à droite, à Sobek, et à gauche, à Haroéris. Trois antichambres au lieu des deux habituelles, précèdent les sanctuaires. Kom-Ombo fut construit au IIe siècle av JC sous les Ptolémées pour s'achever sous les empereurs romains, Tibère (14-37), Claude (41-54) et Domitien (81-96).
     

Le pylône de l'entrée qui s'ouvre sur la cour d'entrée est détruit ; des seize colonnes du portique qui entouraient la cour sur trois côtés ne subsistent que des tronçons. Sur ces bases de colonnes on voit quelques reliefs qui ont gardé leurs couleurs.

Deux grands portails ainsi que deux petites portes constituent le vestibule ou pronaos. Cette façade imposante est surmontée d'une corniche avec deux disques solaires ailés. Une frise d'uraeus portant des disques solaires achève les murs d'entrecolonnement. Sur ces murs de beaux reliefs représentent le roi Ptolémée XII. Des vautours aux ailes déployées décorent les plafonds des deux travées principales et des représentations astronomiques ornent les architraves. Le temple possède de remarquables chapiteaux composites qu'un lien placé juste au-dessous de chapiteau sépare du fût formé des tiges des différentes plantes dont les fleurs s'épanouissent sur le chapiteau.

     

Temple de Kom-Ombo

Temple de Kom-Ombo

Temple de Kom-Ombo
     

Dix colonnes papyriformes à chapiteau largement ouvert soutiennent le plafond de la salle hypostyle. Entre les deux portes d'accès on remarquera la représentation du crocodile sacré de Kom-Ombo et, juste à gauche, celle du roi recevant le cimeterre et la croix de vie (ankh).

Dans les antichambres on observe les reliefs des colonnes, à gravures profondes, avec des représentations des différents dieux ainsi que des bandes d'inscriptions. Les reliefs sur les murs multiplient les représentations du roi devant les dieux.
Les sanctuaires. Les chapelles sont pratiquement détruites et l'on ne reconnaît plus que leur plan. Les socles de granit noir sur lesquels reposaient les barques sacrées sont conservés.

 
Temple de Kom-Ombo Temple de Kom-Ombo Temple de Kom-Ombo
 
Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés