Temple d'Edfou
Edfu

Temple d'Edfou
Photo Satellite

Le temple d'Edfou est le mieux conservé d'Egypte ; il est pratiquement complet dans son architecture d'origine. Edfou est le second temple pharaonique par sa grandeur, après celui de Karnak. C'est Auguste Mariette qui dégagea le temple alors enfoui sous le sable et sous une partie du village.
Le temple ne fut terminé qu'après cent quatre-vingt années de travail, comme cela était fréquent à l'époque gréco-romaine. Ptolémée III (246-222 av JC) en entreprit la construction mais il ne fut achevé qu'en 57 av JC sous le règne de Ptolémée XII (80-51 av JC). C'est l'un des plus beaux exemples d'une architecture religieuse tardive.

Temple d'Edfou Temple d'Edfou - Dieu Faucon Temple d'Edfou - Pilône

Haut de 36 mètres et large de près de 80 mètres, le pylône est, après celui de Karnak, le second par la taille de tous les temples égyptiens. Devant le pylône se dressent encore deux magnifiques statues du dieu faucon en granit gris. Des reliefs gigantesques ornent les différentes faces. Sur la façade extérieure, en hauteur, le roi fait des offrandes aux dieux. En dessous Ptolémée XII, qui acheva la construction de l'édifice, massacre des captifs, les tirant par les cheveux, en présence d'Horus et d'Hathor. Cette iconographie hérite des scènes triomphales représentées sur les reliefs du Nouvel Empire. Sur les faces latérales du pylône et sur quatre registres superposés, le roi Ptolémée VIII (145-116 av. J.-C.) fait des offrandes aux dieux du temple. Sur la face interne du pylône (côté cour) on peut observer une représentation du baptême de roi par Hotus et Thot.

Temple d'Edfou Temple d'Edfou Temple d'Edfou

La grande cour dallée comporte un autel en son centre ; elle est entourée sur trois côtés par une galerie à colonnes. Ces dernières sont surmontées de chapiteaux composites, floraux, ouverts et leurs fûts sont entièrement décorés de représentations du roi devant les dieux. Toutes les colonnes sont différentes.

Devant l'entrée du vestibule, une statue en granit d'Horus, est représentée sous la forme d'un faucon.
Des « murs-bahuts » (murs reliant deux colonnes), qui s'élèvent à mi-hauteur, avec un portail central, constituent la façade d'entrée du vestibule. Les murs-bahuts, ainsi que les fûts des colonnes engagées et l'architrave, sont ornés de textes et de reliefs : représentations d'Horus et d'Hathor ; de Ptolémée VIII leur faisant des offrandes. Le plafond du vestibule est supporté par douze colonnes aux chapiteaux variés ornés de fleurs et de palmes.

     
Temple d'Edfou Temple d'Edfou Temple d'Edfou
     
On pénètre dans la salle hypostyle par une large porte au-dessus de laquelle est représentée la barque du soleil vénérée par Ptolémée IV (222-205 av. J.-C.). Douze colonnes à chapiteau floral supportent le plafond de cette salle, percé d'ouvertures qui laissent filtrer une lumière douce. Les murs, les futs des colonnes et le plafond sont intégralement recouverts de reliefs alternant les scènes de fondations avec un décor de scènes d'offrandes.

Un naos (petit sanctuaire) de granit gris, d'époque pré-ptolémaïque, se dresse encore dans le sanctuaire ; il abritait la statue du dieu Horus. Devant le naos, un socle de granit noir servait de support à la barque sacrée. De petites chapelles consacrées à différentes divinités entourent le sanctuaire central et sont desservies par un couloir.

Un corridor, qui sert de déambulatoire, fait le tour du sanctuaire. Sur les murs les reliefs représentent une longue procession de divinités locales et surtout l'illustration sur onze bas-reliefs, de la légende d'Horus qui combat Seth, symbole du mal.

A l'avant du pylône se dresse le mammisi (temple de la naissance) qu'avait fait construire Ptolémée IX (116-107 av JC) avec essentiellement, pour décoration, des représentations de la naissance et de l'éducation du jeune Harsomtous, fils d'Horus et d'Hathor.
 
Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés