La Tour Saint-Jacques

Tour Saint-Jacques
Tour Saint-Jacques  Paris
Tour Saint-Jacques
La Tour Saint-Jacques est, depuis cinq siècles, un élément prédominant du paysage de la rive droite de la Seine, point de départ du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle. Avant d’être une tour singulière, ce fut le clocher de l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie, église qui, vendue comme bien national  pendant la Révolution, fut alors dépecée comme carrière de pierre. En 1836, la Ville de Paris fit l’acquisition du clocher subsistant, isolé et abandonné, qui devint, au XIXe siècle, la Tour Saint-Jacques, ornement d’un des premiers jardins publics parisiens.

Au fil des siècles, la Tour - notamment le décor sculpté délicat et les statues - a été fragilisée par les nombreuses interventions humaines, les agressions climatiques et la pollution. Quatre interventions ont été effectuées en 150 ans, sans réussir à enrayer les chutes de pierre. Devenue dangereuse pour les visiteurs du square, un échafaudage a été installé à la fin de l’an 2000 pour d’une part protéger les passants, et d’autre part, permettre des études techniques et scientifiques approfondies afin de réaliser un diagnostic complet de son état.
Tour Saint-Jacques
Tour Saint-JacquesMenées jusqu’en 2004, ces études ont permis d’affiner les partis pris de restauration du monument (recherches historiques et iconographiques, relevés pierre à pierre, protocole de restauration des sculptures, etc.). Le projet de restauration a été validé en 2004 par la Commission Supérieure des Monuments Historiques et en 2005, après consultation, les entreprises qui réalisent les travaux ont été désignées.

Les travaux doivent durer 36 mois (auxquels devront être ajoutés six mois pour la restauration du square). La tour, nettoyée et restaurée, réapparaîtra progressivement de haut en bas, au fur et à mesure de l’enlèvement des échafaudages. Cette action se déroule en concertation avec les services du Ministère de la Culture. Les études et les travaux sont conduits par la Direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris. La restauration s’attache à conserver et à consolider au maximum les éléments de l’architecture, du décor et de la statuaire, qui datent de la construction au XVIe siècle et de la rénovation du XIXe siècle. L’ambition de cette restauration est de donner une troisième vie à la Tour Saint-Jacques, emblème singulier du patrimoine monumental parisien ; tout en évitant le maximum de nuisances et permettant au public de suivre le chantier.
 
  • 1509-1522 : construction du clocher de l’église Saint-Jacques qui deviendra la Tour Saint-Jacques
  • 1790 : la révolution provoque la fermeture de l’église et la suppression du culte
  • 1797 : l’église Saint-Jacques est vendue comme carrière de pierres sous condition de conserver son clocher
  • 1836 : la Ville de Paris se porte acquéreur du clocher abandonné
  • 1852-1855 : premier échafaudage et campagne de restauration de la tour, qui devient ornement de l’un des premiers jardins publics parisiens
  • 1862 : la Tour est protégée au titre des Monuments Historiques
  • 1891 : installation du service de météorologie à son sommet
  • 1906-1912 : nouvel échafaudage et restauration de la partie haute, remplacement de statues
  • 1932-1937 : 3e échafaudage et remplacement de pierres
  • 1968 : nettoyage
  • 1978-1990 : sécurisation des statues et sculptures
  • 1996 : le square est restauré et retrouve son état d’origine
  • 1999 : la Ville de Paris commande une étude préalable à la restauration à l’architecte en chef des Monuments Historiques, J.F. Lagneau
  • 2001 : achèvement de l’échafaudage de protection du public
  • 2001-2004 : des études préparatoires et des investigations minutieuses sont conduites
  • 2004 : la Commission supérieure des Monuments Historiques valide le projet de restauration
  • 2005 : désignation des entreprises chargées de réaliser les travaux 2e trimestre
  • 2006 : lancement du chantier de restauration
  • mai 2007 : fin de la 1ère tranche (14 mois de travaux pour les parties hautes de la tour)
  • juillet 2008 : fin de la 2ème tranche (durée 14 mois de travaux pour les niveaux intermédiaires)
  • mars 2009 : fin de la 3ème tranche (durée 8 mois de travaux pour les parties basses et socle).
  • septembre 2009 : restitution du square.
Châtelet
 
Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2014 - Tous droits réservés