Baudelet.net

Meknès

Meknès
Photo Satellite Meknès

Rouge avec pentagone étoilé vert
 (sceau de Salomon) au centre (1915)

La naissance de Meknès ne répond à aucun volontarisme dynastique. Fondée vers le Xème siècle par les Meknâssa, tribu berbère qui avait déferlé sur les plaines fertiles de l’ouest marocain en profitant de l’affaiblissement du royaume Idrisside, elle est d’abord constituée d’une pléiade de bourgs sans remparts, blottis autour de l’oued Boufekrane, au nord du Moyen-Atlas. Ce tranquille mode d’existence va être bouleversé par l’arrivée des Almoravides.

Le premier souverain almoravide, Youssef ben Tâchfîne, s’empare de Meknès vers 1063. Pour bien contrôler la région, un bastion de surveillance et une casbah sont construite sur le plateau qui va progressivement éclipser les anciens bourgs et rassembler leurs notables. Lorsqu’en 1145 les Almohades conquièrent à leur tour la cité, ils la saccagent en grande partie. Quelques années plus tard, ils cessent leurs exactions et intègrent la ville dans le projet de développement de l’empire hispano-mauresque. Meknès se développe selon un étonnant plan quadrillé et se repeuple rapidement. Cette heureuse période de prospérité prend fin avec l’affaiblissement et la chute des Almohades.

Les Mérinides, qui établissent leur capitale à Fès en 1244, ne renoncent pas pour autant au développement de Meknès. Ils complètent sa structure traditionnelle hispano-mauresque en bâtissant au sud de la ville une casbah destinée à abriter un gouverneur, ses fonctionnaires et son armée. On leur doit surtout la medersa Bû-Inâniya. L’affaiblissement des Mérinides à partir du XVème siècle, et l’anarchie qui s’ensuit dans tout le pays provoquent le déclin de Meknès. La ville s’endort pour deux siècles.

Meknes Meknes Meknes

Vient le règne du sultan alaouite Moulay Ismaïl en 1672. Dès son accession au trône, il fait de Meknès sa capitale donnant une nouvelle orientation au destin de la ville, qui prétend, pour la première fois de son histoire, au titre de cité impériale. Avec une ferveur inégalée, le roi entreprend des constructions monumentales, qu’il poursuivra sans relâche durant toute sa vie. Le sultan fait puiser les matériaux de construction dans tous les sites historiques du royaume, dépouillant les plus beaux monuments laissés par ses prédécesseurs, notamment ceux des Saadiens : le palais al-Badî à Marrakech en subit les dramatiques conséquences. Il fait également détruire les anciennes murailles de la cité, en bâtit de nouvelles et les fait percer de portes imposantes. La ville commerçante est dotée de monuments religieux qui attestent de la profonde dévotion du souverain.

A sa mort le royaume sombre dans l’anarchie et la guerre civile. Les souverains alaouites déplacent leur résidence  tantôt à Fès, tantôt à Marrakech. A la fin du XVIIIème siècle, la médina acquière, à peu près ses dimensions et se forme actuelle.

Au tournant du XXème siècle Meknès vit mes mêmes péripéties que le reste du Maroc. La Meknès d’aujourd’hui est une agglomération multiple et métissée : berbères du Moyen-Atlas, Arabes des plaines, Andalous et juifs du mellah forment la sève d’une cité qui constitue un centre économique actif au milieu d’une région agricole prospère.

Grandeur et démesure. Au premier abord, la médina apparaît comme une robuste forteresse. L’enceinte, qui a la forme d’un polygone irrégulier est construite en pisé selon les techniques médiévales, elle mesure jusqu’à 3 mètres de large et 15 mètres de haut. A l’intérieur de ces murailles, Meknès est composée, comme les autres villes impériales, de deux entités aux dimensions disproportionnées et aux configurations très disparates : la médina condensée sur un petit espace et la casbah qui s’étend sur un immense terrain. La ville est pourvue d’une dizaine de portes, dont certaines, par leur élégance, justifient l’appellation donnée à  Meknès de « cité aux belles portes ».

Meknes Meknes Meknes

La plus monumentale et la plus prestigieuse des portes tient son nom du renégat chrétien qui en aurait été le concepteur, Bâb Mansour al-Eulj. Elle ouvre les remparts de la casbah qui longent la médina donnant accès au somptueux palais de Moulay Ismaïl, Där al-Kébîra. Bâ al-Mansour, commencée par Moulay Ismaïl, a été achevée par son fils. Elle est dotée d’une structure à double coude classique. La baie qui l’ouvre est couronnée d’un arc brisé à peine outrepassé. Son ornementation force l’admiration. Le magnifique réseau de losanges moulurés s’accompagne d’un décor floral très dense, de rosaces, de baies en fer à cheval, d’entrelacs sur fond de céramique verte. Les deux tours latérales saillantes sont percées à la base de deux ouvertures qui forment des loggias. Elles sont soutenues par des colonnes corinthiennes, qui proviendraient du palais Al-Badi de Marrakech.

La place al-Hédîm constitue le point de départ de toute promenade dans la médina. Comme le veut l’usage, chaque quartier est dévolu à une catégorie d’activité, du centre vers la périphérie, celle-ci demeurant réservée aux pauvres, aux non-citadins  et aux étrangers. Au centre on trouve la grande Mosquée, la médersa mérinide Bû-Inâniya. Les souks sont constitués de petites boutiques juxtaposées, couvertes ou en plein air, et de fondouks spécialisés qui occupent plusieurs ruelles.

La construction de la medersa Bû-Inânyia a commencé sous le règne du souverain mérinide Abou al-Hassan vers 1345. Elle est terminée par son fils Abou-Inân. Avec la Grande Mosquée c’est le monument le plus prestigieux de la médina. Le plan est habituel : un rectangle irrégulier, dont le volume général se divise en deux parties inégales, séparées et desservies par un long couloir ; à l’est, on trouve la médersa proprement dite, et à l’ouest, une annexe réservée aux ablutions. L’accès à la salle de prières se fait par une cour à deux niveaux magnifiquement ouvragée : bois sculpté, plâtre ciselé et zelliges polychromes rivalisent de beauté. Les pilastres soutiennent un volumineux placage de poutres sculptées, découpé en arcade brisée. Une ornementation de zelliges couvrant la partie inférieure des murs embellit le patio, dont le sol est également pavé de marqueterie de céramique. Le tout est surmonté d’un  auvent de tuiles vertes qui s’appuie sur une suite de consoles moulurées.

La grande Mosquée, construite au XIIème siècle est contemporaine de la mosquée des Andalous de Fès. De l’extérieur, on peut admirer les tuiles vertes qui couvrent sa toiture et le beau minaret, construit sous le règne de Moulay Mohammed ben Abdellah (XVIIIème siècle), qui domine l’ensemble des habitations des alentours. Le minaret est couronné par une tourelle supérieure et terminé par une flèche de fer portant trois boules de cuivre doré. Ses quatre faces sont admirablement ornementées de petits carreaux de faïence verte.

Moulay Ismaïl avait choisi lui-même sa demeure mortuaire. Son mausolée, isolé des autres édifices de la casbah, a sans doute été édifié à côté d’une tombe préexistante, celle du grand saint, poète et mystique marocain du XVIème siècle Sidî Abderrahmân al-Majdoub. La disposition et la configuration du mausolée de Moulay Ismaïl sont directement inspirées des tombeaux des Saadiens de Marrakech. Avec ses trois pièces en enfilade, ses douze colonnes et son espace central réservé à la dépouille du prince, la salle funéraire est disposée de la même manière que celle des Saadiens.

Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés