Baudelet.net

LAOS - Le Mékong

Débouchant du Yunnan chinois, le Mékong fait son entrée dans les montagnes du Nord-Laos à travers de profondes gorges escarpées. Depuis toujours cette région est le refuge d’ethnies minoritaires vivant repliées sur des cultes ancestraux loin des directives de la capitale Vientiane. Les habitants, qui vivent à flanc de montagne, sont péjorativement désignés sous le terme de « Kha » autrement dit des « sauvages » par opposition aux Lao des vallées, d’origine thaïe, qui représentent près de la moitié des Laotiens.

C’est en parvenant à Luang Prabang, l’ancienne capitale royale, que le visiteur se rend compte de la magnificence du pays. Il y eu jadis à Luang Prabang une bonne soixantaine de Vat (monastères). La moitié a été abandonnée. Les autres fonctionnent tant bien que mal. Le plus ancien date de 1560 : le Xieng Thong, le « monastère du flamboyant » fut construit par le roi Setthathirat à l’endroit même de la naissance de la ville.

Mekong

Mekong

Mekong

Non loin de Luang Prabang, aux grottes sanctuaires de Pak Ou, qui surplombent le fleuve, des centaines de statues de Bouddhas semblent méditer dans l’oubli. Ce sont surtout les voyageurs et les bateliers du fleuve qui forment la pieuse clientèle de ces grottes, et les prêtres qui les desservent et qui habitent sur la rive opposée, au village de Pak Ou, ne manquent jamais de fleures ou d’offrandes.

A partir de Luang Prabang, le Mékong redevient libre : un courant très faible, des berges droites. Cinq jours de navigation sont nécessaires pour rejoindre Vientiane. La capitale a conservé le charme des bourgades provinciales. A l’est de la ville, au bout d’une longue avenue, une colline domine des rizières. Là, on découvre le grand reliquaire doré, le stūpa érigé par le roi Setthathirat au XVIè siècle et qui, selon la croyance, renfermerait un cheveu du Bouddha.

Mekong Mekong Mekong

Durant la saison sèche, le fleuve se retire très loin de ses rives, laissant derrière lui une longue plage de limon et de sable où viennent s’échouer les bateaux.

De Vientiane, des bateaux assurent régulièrement la desserte des provinces du sud jusque vers la frontière cambodgienne. Sur la rive défilent des rizières, des cultures de tabac. La province est très pauvre car située trop loin de Vientiane.

Frontière naturelle avec le Cambodge, le Mékong s’achève au Laos par le grondement des chutes de Khône, les plus majestueuses d’Asie. S’étendant sur un front de quelques douze kilomètres, ces immenses cataractes forment une véritable barrière naturelle.

Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés