Baudelet.net

Inde du Sud : Kanchipuram
Tamil Nadu

Kanchipuram
Photo Satellite

Capitale de la dynastie des Pallava qui régnèrent du VIe au IXe siècle sur le sud de l'Inde, située à 70 km de Madras, Kanchipuram est l’une des sept villes saintes de l'hindouisme. Cette ville-temple est considérée comme le deuxième endroit le plus saint en Inde après Varanasi. Elle renfermait jadis quelques 1000 sanctuaires ; il n’en reste aujourd’hui que 200.

Kanchipuram constituait un important centre d’étude de l’ère préchrétienne et toutes les religions indiennes y étaient représentées. Important centre bouddhiste, le grand empereur Asoka (IIIe siècle av. JC) y fit ériger un stūpa.

Lorsque Kanchipuram devint la capitale des Pallava (du VIe au VIIIe siècle), les arts connurent un grand développement les dynasties successives, notamment celles des Chola et des Pandya continuèrent à assurer la prospérité de Kanchipuram. De nouveaux temples furent érigés et les anciens furent rénovés et agrandis.

 

 

 

Dédié à Shiva, le Temple de Kailasanatha a été érigé par Pallava Rajasimha entre 685 et 705, son nom le situant dans la tradition des temples symbolisant la montagne des dieux. Contrairement aux autres temples, il n’a connu aucune modification depuis le VIIIe siècle et présente donc une architecture classique des plus pures. Les huit petits sanctuaires alignés depuis l’entrée furent construits par les reines de Rajasimha.

Le Temple rectangulaire situé immédiatement après l’entrée fut érigé par son fils et possède un sanctuaire qui renferme un linga. Derrière cet édifice, une magnifique cour intérieure comporte une rangée de cellules plus petites, chapelles enchâssant des représentations d’un Shiva, tantôt bienveillant, tantôt terrifiant ainsi que des divinités secondaires. Les vestiges des peintures murales du VIIIe siècle donnent une idée de sa splendeur passée. A l’arrière de la cour intérieure se dresse la majestueuse tour du sanctuaire.

 

 

 

Le Temple d’Ekambareswarar, dédié à Shiva couvre une superficie de 12 hectares. Le grand gopuram, cette porte colossale donnant accès au temple, qui dépasse les 60 mètres, est l'oeuvre du roi des Nayaka Khrishnadevaraga (1509-1530), dont l'activité architecturale vise à effacer les traces des destructions laissées par les envahisseurs musulmans. Ses structures d’origine, édifiées sous le règne des Pallava, furent à leur tour agrandies par les Chola avec la construction de plusieurs enceintes concentriques, faites de granit. Le Temple possède une salle aux mille colonnes (mandapam) toutes ornées de motifs différents.

Le nom du Temple proviendrait d’une déformation d’Eka Amra Nathar, le seigneur du manguier. Il abrite en effet un très vénérable manguier, dont les quatre branches maîtresses sont comparées aux quatre veda.

 
     
Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés