Baudelet.net

Delhi
Delhi
दिल्ली

Delhi
Photo Satellite
 
Inde Jeux du Commonwealth 2010
 

Baignée par les eaux saintes de la Yamuna, Delhi n'est pas une ville de tradition hindoue, mais plutôt le fruit des créations successives des conquérants, turcs ou afghans, toujours musulmans, qui voulurent y imprimer leurs titres de gloire. Sous la domination britannique deux villes s'ignoraient alors : la cité victorienne et la ville désormais "indigène" au pied de sa grande mosquée. Les empires ont croulé mais Delhi n'a rien perdu de son importance, bien au contraire. C'est aujourd'hui la capitale d'un état de plus de 1 milliard d'habitants et les deux cités de naguère sont désormais réunies dans une métropole résolument tournée vers l'avenir.

Delhi appartient au Territoire (Union Territory) du même nom, une enclave de 1483 km2 serrée entre l'Haryana, à l'ouest, et l'Uttar Pradesh, à l'est. La capitale de l'union Indienne, troisième métropole du pays après Mumbai et Calcutta, présente une richesse historique et artistique, et une vitalité qui en font la cité la plus intéressante de toute l'Asie du Sud. Il ne faut guère plus d'un quart d'heure pour passer des grandes avenues de New Delhi aux ruelles étroites bordant le bazar de Chandni Chowk.

Le Shanti Vana Park s'étend le long de la Yamuna et rassemble les cénotaphes de diverses personnalités. Les plus visités sont Shanti Vana (celui de Nehru, décédé en 1964), Shakti Sthal (celui d'Indira Gandhi) et le Raj Ghat, monument au Mahatma Gandhi. Le Samadhi (mémorial) du "père de la nation" est constitué d'une plaque de marbre noir, orné de fleurs.

Raj Ghat - Samadhi (Mémorial) du Mahatma Gandhi

 

L'empereur Shah Jahan transféra sa capitale d'Agra à Delhi en 1638 et entreprit aussitôt d'édifier un fort, regroupant la résidence impériale, le gouvernement et les administrations. Les remparts de grès rouge couvrent un périmètre de deux kilomètres. La porte de Lahore, donne accès à une galerie couverte, Chhatta Chowk. A son extrémité s'ouvre le Naubat Khana, "maison des tambours", où se tenaient les musiciens lors des cérémonies. Le premier étage du bâtiment centrale abrite un petit musée militaire.

En contournant le hall des audiences publiques (Diwan-i-Am) par la gauche, vous débouchez dans les jardins des quartiers privés. Ces derniers contenaient une succession de six palais alignés du côté est, dominant la Yamuna. Il en subsistent cinq.

   

Fort Rouge

Le mausolée de Humayun (datant de 1565), est inclus dans un complexe de verdure qui abrite également les tombeaux de quelques personnages importants. Au centre d'un vaste jardin moghol enclos de murs, se dresse une demeure dont la perfection des proportions et le contraste entre le grès rouge et le marbre blanc sont saisissants.

Mausolée d'Humayun

   
     
 

Mosquée Jama Masjid

 
     

La Mosquée Jama Masjid s'élève sur une éminence face au fort Rouge. Commencée en 1644 et achevée en 1658, elle est la plus vaste de l'Inde. Un escalier monumental conduit au portail, percé d'un profond iwan (espace voûté servant d'entrée).

En débouchant dans la cour, on est saisi par l'ampleur des volumes et le contraste entre le grès rouge et le marbre blanc. Le milieu de la cour est occupé par un bassin servant aux ablutions rituelles avant la prière. A l'extrémité occidentale s'élève le sanctuaire proprement dit, encadré par deux minarets et couronné de trois énormes dômes blancs en forme de bulbe.

     
     

Quartier musulman autour de la mosquée (Matia Mahal)

     

Sortez de la mosquée par le portail sud. Du haut de l'escalier monumental, découvrez une partie du quartier qui entoure la mosquée sur deux côtés. Le Matia Mahal est un quartier aux ruelles fréquentées essentiellement par des hommes, où dominent les enseignes en ourdou, l'écriture arabo-persane utilisé par les musulmans du sous-continent.

     
     

Complexe du Qutub Minar

     
Le complexe du Qutub Minar. Ce beau parc renferme une mosquée, des tombeaux et divers édifices datant essentiellement des 13e et 14e siècle. Le plus célèbre étant le Qutub Minar, monument emblématique de Delhi. Cette tour minaret commémore la victoire de Mohammed de Ghor sur le souverain hindou Prithviraj III en 1192. Deux séismes, aux 14 et 19ème siècles endommagèrent gravement le Qutub Minar et les bâtiments voisins. Haut de 73 mètres, le minaret se compose de cinq sections superposées que séparent des stalactites soutenant une galerie.
     
     
Quwwat-ul-Islam Masjid. Cette mosquée, de l'autre côté du Qutub Minar, est la plus ancienne qui ait subsisté en Inde. Elle fut érigée en 1193. Les matériaux provenaient d'une vingtaine de sanctuaires brahmaniques et jaïns de la région. Cette origine est la plus manifeste dans les piliers, d'une extrême fantaisie et richement décorés de sculptures qui furent revêtus de plâtre et de stuc par les bâtisseurs musulmans.
     
     

Temple Sikh (Gurudwara Sisganj)

     

Gurudwara Sisganj. Le plus important Temple sikh de Delhi. Il fut érigé sur le lieu ou le neuvième gourou des sikhs fut décapité pour sa foi en 1675.

     
     
  New Dehli  
     
A travers des espaces verts et aérés, le long d'avenues rectilignes plantées de grands arbres, nous trouvons les monuments symboliques de la démocratie indienne : le palais du président, les principaux ministères et le parlement. A l'extrémité de Raj Path, la "voie du pouvoir", au milieu d'une place octogonale, se situe l'arc de triomphe India Gate, érigé à la mémoire des 100 000 soldats indiens tués durant la première guerre mondiale.
Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés