Baudelet.net

Terrasse des Eléphants

Histoire des rois Khmers
Histoire des rois Khmers Histoire des Rois Khmers

La Terrasse des Eléphants est axée sur la Porte de la Victoire d'Angkor Thom et sur le milieu de l'enclos du Palais royal, auquel elle sert de façade. Devant elle, s'étend la grande esplanade de la place du Palais royal, avec ses 8 hectares.

La terrasse est en fait un terre-plein de 15 m de large, contenu sur ses faces est et ouest par un mur de grès de 4 m de hauteur en moyenne. Long de près de 360 m, ce mur comprend un grand perron central, deux petits escaliers placés chacun de part et d'autre de l'accès médian, et deux perrons annexes en bout de terrasse.

Le perron central forme, sur le mur du côté de la Place royale, une avancée à quatre redans de 32 m de long. Trois volées d'escalier permettent d'accéder aux plates-formes successives. Le grand intérêt de cette terrasse est constitué par la longue frise sculptée représentant un défilé d'éléphants presque grandeur nature, ainsi que par les murs en retour de perron, avec leurs animaux mythiques dressés. Le mur de grès parallèle à la Place royale est souligné par un soubassement mouluré et par un bandeau haut. Le sculpteur a représenté, sur fond de forêt, des éléphants de guerre en marche, harnachés, tous conduits par un cornac, et en croupe, un combattant debout, bras armé levé.

 
Terrasse des Elephants

Terrasse des Elephants

Terrasse des Elephants
 

Les murs à redans, en retour du perron central, sont sculptés de Garuda et de lions dressés en position d'atlante. Les soubassements bas de ces diverses terrasses sont agrémentés d'autres motifs plus petits, représentant des génies (Yaksa) et des figures féminines ailées (Kinnari).

Les deux petits escaliers situés de part et d'autre du perron central sont assez raides. Ils sont encadrés de chaque côté par trois têtes d'éléphants mitrées, qui atteignent le haut du mur d'échiffre. Avec leurs trompes pendantes, ils arrachent des bouquets de lotus. On retrouve le même motif aux angles des portes d'Angkor Thom. L'escalier du perron annexe sud est bordé des mêmes pachydermes tricéphales. En retour de son mur d'avancée à redans, la frise d'éléphants se poursuit, se terminant par des tailles de plus en plus réduites.

En fait, ce perron nord est constitué de trois avancées construites successivement. Le premier soubassement porte des sculptures en haut-relief, d'une bonne qualité plastique et très bien préservées, du fait qu'elles sont restées enterrées pendant plusieurs siècles. Actuellement dégagées, on peut en avoir un aperçu par une vue plongeante du haut de la terrasse. Leur signification reste énigmatique. On peut reconnaître, au centre du panneau, l'avant d'un grand cheval au poitrail décoré. Ses cinq têtes mitrées sont accompagnées de parasols étagés. Il est entouré de petits personnages d'aspect grotesque mais très expressifs et, à plus grande échelle, d'une suite de « guerriers », en position de combat, jambes écartées, pieds posés sur des lotus, armés de bâton et coiffés de casques à cimier, dont on ne connaît jusqu'à ce jour aucun équivalent dans l'iconographie khmère. Parmi les guerriers et les fleurs de lotus, évoluent aussi des danseuses à la coiffure en forme de tiare décorée.

Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés