Baudelet.net

Histoire des Rois Khmers

Architecture Khmère

Les débuts de l’époque préangkorienne

Les premiers siècles de l’histoire du pays khmer jusqu’au début du IXè siècle constituent l’époque préangkorienne. Elle s’achève lorsque Jayavarman II se fait introniser chakravartin, mot désignant un monarque universel dans la tradition indienne, et devient roi suprême des rois khmers en l’an 802.

Dans la partie méridionale de l’Asie du sud-est continentale, c’est l’époque des rois du Fou-nan installés dans le bas et le moyen Mékong. De cette période ne subsiste par d’architecture, hormis des substructures d’édifices impossibles à dater et pas de statuaire non plus. Le dernier roi du Fou-nan, Rudravarman, disparait vers 550 et peu après cette date, le nom même de Fou-nan s’éteint, remplacé par celui de Tchen-la.

Le berceau du Tchen-la se situait dans la région de Vat Phu, dans le sud du Laos actuel. A partir du VIIè siècle, ce sont les sites et la statuaire qui offrent le plus précis tableau du pays khmer préangkorien. Dans le sud du pays, le site d’Angkor Borei fut certainement le centre d’un royaume important. Içanavarman Ier s’était constitué un très vaste royaume, pratiquement aussi étendu que le Cambodge actuel. Un de ses descendants, le roi Jayavarman Ier, était encore à la tête d’un royaume important dans la seconde moitié du VIIè siècle. Au cours du VIIIè siècle il semble que le territoire se fractionne en deux parties : le Tchen-la de terre, au nord dans la région montagneuse, et le Tchen-la d’eau, au sud, bordé par la mer et les lacs.

Les premiers rois d’Angkor

C’est vers 790 que commence la carrière du futur Jayavarman II, celui que l’on considère comme le fondateur de la dynastie angkorienne. Ce prince entreprend de libérer son pays de la tutelle d’un royaume étranger, visiblement indonésien. Cette libération sera consacrée au plan religieux et politique en 802. Cette date marque le début de la période dite angkorienne.

Le roi Indravarman (IXè siècle) fut un très grand souverain puisque c’est à lui que l’on doit le développement de Hariharalaya, la première cité de type angkorien classique, avec ses grands Temples et surtout son système hydraulique caractéristique. Le souverain érigea les divinités de Preah Kô en 879, en 881 il fit construire le premier Temple-montagne bien conservé de la région d’Angkor : Bakong.

Le Temple de Lolei (893), le Yaçodharatatâka, la première Yaçodharapura (la première Angkor au sens stricte), ainsi qu’un très grand nombre de monastères témoignent de la grandeur et de la munificence de leur fondateur : le grand roi Yaçovarman (889-début Xè siècle). Les deux règnes suivants sont moins prestigieux. On peut toutefois citer le remarquable Prasat Kravan consacré en 921 dont l’originalité réside dans les bas-reliefs intérieurs de deux des cinq tours en briques qui le composent.

Le Temple khmer, comme d’ailleurs le Temple indien, se voulait en fait l’image terrestre du séjour céleste de la divinité : l’art architectural khmer se définit dans le cadre d’une riche dialectique entre macrocosme et microcosme. Le noyau d’un Temple khmer est constitué en règle générale d’une ou plusieurs tours-sanctuaires, les prasat, de plan carré sauf exception. La tour-sanctuaire classique est d’une composition absolument symétrique : elle possède une vraie porte et trois fausses portes. A partir du Xè siècle, une salle antérieure rectangulaire directement accolée à la porte d’entrée peut être ajoutée à ce schéma de base en définitive très simple. Toute l’évolution du prasat khmer réside, à partir de là, dans l’adjonction de porches ou d’avant-corps, parfois redoublés, sur chacune des faces de l’édifice. La transformation des salles longues en galeries continues dans le courant du Xè siècle et plus tard les changements intervenus dans les toitures de ces galeries s’inscrivent également dans le cadre d’une recherche évolutive ayant pour objet l’allègement visuel des structures et l’accroissement de la beauté formelle des monuments.

D’une manière générale, les maîtres d’œuvre préangkoriens utilisaient la brique, souvent revêtue de stuc ou de mortier de chaux, alors que les constructeurs de l’époque angkorienne ont beaucoup employés le grès, en parement ou en gros œuvre, ainsi que la latérite pour les fondations ou les parties les moins nobles d’un complexe architectural.

L’âge classique d’Angkor

Sous le règne de Jayavarman IV et de son successeur, c’est-à-dire de 928 à 944, la capitale est transférée à quelques 80 km au nord-est d’Angkor sur le site de Koh Ker. Les raisons de ce changement sont difficiles à comprendre. Le retour dans Angkor eut lieu sous le règne de Râjendravarman (944-968), grand constructeur, puisqu’on lui doit les majestueux temples du Mébon oriental et de Pré Rup. Sous son règne le brahmane Yajnavarâha consacre en 967-968 l’un des plus beaux monuments du Cambodge angkorien, le Temple de Banteay Srei, la « citadelle des femmes ».

Pendant son long règne, Jayavarman V (968-1000) érigea l’enceinte du Palais royal, la pyramide du Phimeanakas ainsi que le Temple-montagne de Ta Keo.

Le palais royal d’Angkor Thom couvre une aire rectangulaire de 600 mètres est-ouest sur 250 mètres nord-sud. Son mur d’enceinte en latérite s’ouvre par cinq gopura (portes). De nombreux réaménagements à l’intérieur de l’enceinte sont attribuables à Jayavarman VII.

La situation historique à la fin du Xè siècle et au début du XIè siècle est particulièrement confuse. A l’issue d’une rivalité pour l’accession au trône, Suryavarman Ier est sacré en 1010. Son successeur, Udayadityavarman II (1050-1066) fit achever le baray occidental et accompagna cette réalisation de la construction du Mébon occidental. Il fit également élever le Baphuon, remarquable par ses bas-reliefs narratifs.

Le grand Temple Vishnouite d’Angkor Vat est sans conteste le plus beau de tous les monuments khmers, le plus parfait aux plans architectural et ornemental. L’image que l’on garde de cette période est celle d’un âge classique dans lequel la perfection fut recherchée, mais aussi, et de manière assez exceptionnelle, presque atteinte. Angkor Vat est édifié par Suryavarman II dans la première moitié du XIIè siècle ; le Temple est ceint d’une douve de près de 250 m de large. Depuis les entrées occidentales jusqu’à la base de la pyramide proprement dite, le fidèle chemine sur une chaussée surélevée bordée de balustrades à nagas. La pyramide se compose de trois gradins supportant un quinconce de tours-sanctuaires dont les toitures affectent une ligne légèrement bombée très particulière. Chaque gradin est bordé d’une galerie voutée où se trouvent les plus beaux bas-reliefs narratifs khmers. En cohortes légères et bruissantes, vêtues de somptueux costumes et parées de bijoux aussi délicats qu’exubérants, apsaras et devata animent les murs du temple.

A l’éclat de la première moitié du XIIè siècle fait suite une période troublée pour l’empire khmer. En 1177 la capitale est prise et mise à sac par les armées cham de Jaya Indravarman IV. Peu de temps après, un prince, le futur Jayavarman VII, entreprend la reconquête et reçoit le pouvoir royal en 1181. S’ouvre alors pour le Cambodge une nouvelle période de brillantes conquêtes, accompagnée d’une intense activité créatrice étroitement associée à un changement remarquable au plan religieux : l’élévation d’une forme complexe du bouddhisme au rang de religion d’état. Sous le règne de Jayavarman VII, l’art bouddhique atteint les plus hauts sommets dans le cadre d’une esthétique marquée par un net retour vers le réalisme. Jayavarman VII fit édifier une quantité considérable de monuments : Ta Prohm (1186), Preah Khan (1191), Banteay Kdei, Ta Som, Neak Pean, Terrasse des éléphants et du roi lépreux. Il dota son empire d’un réseau important de voies de communication et de 102 hôpitaux.

L’œuvre majeure de son règne demeure cependant la ville d’Angkor Thom avec ses 12 km de murailles et le Temple qui en occupe le centre, le Bayon. Les bas-reliefs de la galerie extérieure du Bayon évoquent la vie quotidienne dans le Cambodge de la fin du XIIè siècle et du début du XIIIè siècle.

Aucun grand monument n’a plus été construit à Angkor après Jayavarman VII. Une réaction de l’orthodoxie brahmanique eut lieu sous son deuxième successeur, Jayavarman VIII (1243-1295) et entraina le bûchage de toutes les images du Bouddha dans ses monuments.

L’époque postangkorienne

Les souverains qui se succédèrent le trône d’Angkor jusqu’au milieu du XIVè siècle s’inscrivirent dans la continuité politique et religieuse des grands monarques du passé. Mais peu à peu, le bouddhisme Theravada se diffusa et demeura la religion du Cambodge jusqu’à nos jours. A ce moment le Cambodge est en butte aux visées expansionnistes de ses voisins, notamment les Thaïs du royaume d’Ayuthaya. De guerre lasse devant les agressions répétées du Siam, la monarchie abandonne Angkor en 1431. Une évolution se produit dans les arts, en particulier l’architecture, qui se tourne résolument vers le bois à partir de cette époque. Le séjour dans la nouvelle capitale, Srei Santhor dura peu, et le roi Ponhea Yat choisit un nouveau site, celui de Chadomukh, la future Phnom Penh. C’est pendant la seconde moitié du XVIè siècle, sous le règne d’Ang Chan Ier ou de son fils, qu’Angkor fut une nouvelle et ultime fois occupée par les rois khmers. On entreprit alors d’achever certains bas-reliefs d’Angkor Vat.

Si l’histoire de la civilisation khmer ne saurait se résumer à la seule période angkorienne, et si Angkor ne saurait incarner à elle seule la richesse, la diversité et la grandeur de l’art khmer, ce sont bien elles qui ont fasciné les occidentaux lorsqu’ils « découvrirent », au XIXè siècle, la mystérieuse capitale enfouie sous la végétation.

 
Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés