Baudelet.net

Architecture Khmère

Histoire des rois Khmers

Les monuments Khmers

En partant de thèmes typiquement indiens, les Khmers ont su créer des modèles profondément originaux. Ils ont excellé en architecture, art dans lequel ils furent des concepteurs de génie. Dans la réalisation, leur talent s'est manifesté plutôt dans la décoration et la sculpture que dans la maçonnerie et sa mise en œuvre. Les Khmers ont adopté deux dispositions pour construire leurs sanctuaires :
 

Architecture Khmère

- Le Temple plat qui consiste en une terrasse légèrement surélevée supportant une série de tours généralement dédiées aux souverains défunts ou aux parents du roi.

- Le Temple montagne, qui consiste en une pyramide tronquée à plusieurs degrés, telle que nous pouvons la voir à Angkor Vat. La pyramide à degrés constitue le lieu privilégié où la communication entre la terre et le ciel est possible, au grand bénéfice du souverain, de sa cour, du royaume et du peuple.

Architecture Khmère
 

Symbolisme

De nombreuses créations monumentales dans le Sud Est asiatique et, plus particulièrement, au Cambodge sont la représentation en réduction de l'Univers, telle que l'a conçue l'Inde brahmanique : au milieu d'un continent central, s'élève le mont Meru, la montagne cosmique qui est entourée par les astres et par six autres continents disposés tout autour en anneaux concentriques. Cette montagne est aussi bordée par sept océans, le dernier étant limité par une barrière rocheuse. Le type architectural adopté au Cambodge pour représenter le mont Meru s'est porté sur la pyramide à degrés. Il est curieux de constater que l'Inde, qui a promu le symbolisme du mont Meru, n'a jamais réalisé sur son propre sol d'édifices en forme de pyramide surmontée de tours en quinconce. Les architectes khmers ont donc su réaliser avec le Temple montagne la forme originale qui correspond le mieux au symbolisme du Meru, axe de l'Univers.

Destination

Il semble maintenant établi que ces monuments sont à la fois Temple et tombeau. Ce sont des Temples, car c'est dans le sanctuaire principal que le souverain ou le grand prêtre viennent invoquer le dieu ou les dieux pour les inviter à dispenser leurs bienfaits sur leur personne et sur le royaume.

Les Temples Khmers sont aussi des tombeaux, en ce sens qu'ils deviennent la demeure du roi défunt, alors identifié au dieu qu'il a choisi. Les cendres récoltées sont déposées dans une urne qui trouve sa place dans le Temple. Les restes des grands du royaume reposant au cœur du Temple, cela permet de dire que le Temple est aussi un tombeau.

 
Architecture Khmère

Orientation

Le maître d'oeuvre - probablement un prêtre désigné pour cette occasion particulière - détermine la position exacte que doit occuper l'espace sacré. L'axe principal autour duquel s'organise l'ensemble de la composition est oriente exactement est-ouest, avec parfois un léger décalage dû à un impératif topographique ou à des considérations astrologiques particulières. Un tracé nord-sud perpendiculaire à ce premier axe est déterminé. à de rares exceptions près, l'entrée principale du Temple fait face à l'est, là où le soleil apparaît le matin. Il est intéressant de signaler que, dans la région d'Angkor notamment, plusieurs monuments se trouvent disposés sur un même alignement, ce qui n'est peut-être pas le fait du hasard.

 
Architecture Khmère

Proportions et effets d'optique

L'élancement en hauteur du Temple khmer est une des caractéristiques de l'architecture de l'ancien Cambodge. Dès l'origine, l'adoption du système de voûte en encorbellement, pour couvrir les sanctuaires, a conduit à créer cette envolée, mais il apparaît que, plus tard, au cours du XIIe siècle, cet élan a été recherché et même accentué par le jeu des étages en réduction qui surmontent les tours. Le même effet d'élancement a été utilisé pour le Temple montagne : partis d'un massif à base carrée, les gradins se superposent en diminuant progressivement de périmètre et de hauteur, jusqu'à la dernière plate-forme où se trouve le sanctuaire proprement dit.

 

L'architecture khmère

L'ordonnance des plans des premières réalisations khmères, qu'elles soient Temple plat ou Temple montagne, est relativement simple. Au cours des siècles, la disposition et les volumes des divers éléments du plan ont évolué pour produire des modèles quasiment parfaits, comme par exemple Angkor Vat, pour le Temple montagne, et Banteay Samre, pour le Temple plat.

Le Temple pré-angkorien que l'on situe entre le VIIe et le IXe siècle, ne présente pas, en général, un plan très élaboré : il se compose d'un seul sanctuaire, entouré d'une douve carrée ou rectangulaire. L’accès au Temple se fait par une chaussée de direction est-ouest, située dans l'axe du monument. à la fin du IXe siècle et au début du Xe siècle, se précise la tendance de rassembler sur un seul soubassement de petite hauteur plusieurs sanctuaires d'un nombre généralement impair, et de les établir sur un seul rang, tout en donnant une plus grande importance au bâtiment central (Prasat Kravan). Dès le début du IXe siècle, l'architecture de la période angkorienne, aboutissement des réalisations précédentes, fait apparaître petit à petit des plans d'une certaine ampleur, tracés suivant des compositions de plus en plus savantes.

Deux types de plan se dégagent en fonction de la disposition des éléments qui les composent :

- le plan symétrique par rapport à deux axes se coupant à angle droit est-ouest, nord-sud.
- le plan symétrique par rapport à un seul axe longitudinal. Ce principe a été utilisé aussi bien pour les Temples montagnes (Pre Rup, Angkor Vat) que pour les Temples plats (Banteay Samre, Ta Prohm).

 
 
Architecture Khmère

Douves et bassins

Dans la symbolique du Temple khmer, les douves participent, entre autres, au caractère microcosmique du lieu, car elles sont assimilées aux océans qui, selon la pensée indienne, limitent le monde. Les bordures de ces douves sont maintenues par des blocs de latérite en gradins, la margelle étant constituée de grandes dalles de grès. Rien qu'à Angkor Vat, cette margelle représente une longueur développée de près de 6 700.

Suivant leur destination, on distingue plusieurs types de bassins :

- les bassins qui accompagnent généralement l'allée principale d'accès au temple, de petites dimensions
- ceux d'Angkor Vat mesurent 53 m sur 110 m.
- les bassins, ou Srah, se situant pour la plupart à l'est, au départ de l'allée principale d'accès et dans l'axe du sanctuaire. On connaît des Srah de dimensions moyennes comme le Srah Srang (300 x 700 m) qui est le bassin de Banteay Kdei.
- les bassins de grandes dimensions ou Baray. Le premier à être aménagé dans la région d'Angkor est large de 800 m et long de 3 500 m. On doit noter que la plupart de ces grands bassins comportent en leur centre une petite île sur laquelle se situe un monument plus ou moins important, comme par exemple le Mebon oriental au coeur du Baray oriental.

 

Terrasses

Les terrasses annoncent, soit le départ d'une chaussée, soit la fin de cette chaussée, et l'arrivée devant une porte d'entrée du Temple (gopura). Ces dispositions se manifestent dans le courant du Xe siècle, se développent durant le XIe, mais surtout aboutissent au XIIe siècle, avec le style d'Angkor Vat, à un plan cruciforme de plus en plus compliqué, la terrasse étant surélevée de quelques niveaux et précédée de perrons à plusieurs marches. Le style du Bayon (fin XIIe-début XIIIe) donne une dimension nouvelle à ces plates-formes, avec notamment la Terrasse royale, dite des éléphants, el celle du Roi Lépreux.

 
Architecture Khmère

Chaussées d'accès

Plus ou moins étendues, elles marquent surtout l'axe est-ouest des Temples, avec, la plupart du temps, un développement nettement marqué pour l'accès est.
Ces chaussées ne sont, tout au moins à leur début, que de simples allées dallées mais, assez rapidement, elles sont surélevées et peuvent franchir les douves.

Au Temple du Bakong, pour la première fois, apparaissent le long de chaque côté de la chaussée, en guise de balustrade, des corps de naga en pierre, de fortes dimensions, posés à même le sol. Par la suite, avec le style du Baphuon, la balustrade est systématiquement rehaussée et soutenue par des dés.

à l'époque d'Angkor Vat et du Bayon, les cobras à plusieurs têtes dressées qui terminent les garde-corps deviennent de véritables œuvres d'art et l'ensemble confère à la chaussée un aspect véritablement monumental.

 

Matériaux

Brique

Au Cambodge, la brique fut le matériau le plus employé dès le VIIe siècle, à l'époque pré-angkorienne, pour édifier les sanctuaires, mais son emploi ira en déclinant jusqu'au XIIIe siècle. Les briques sont en général posées à plat et les joints ne sont pas nécessairement alternés, ce qui occasionne des dislocations d'autant plus graves que, souvent, la brique n'est qu'en parement, l'intérieur du mur, toujours très épais, n'étant qu'un blocage constitué de débris de briques mélangés à de la terre.

 
Architecture Khmère

Grès

La pierre a été présente dans toutes les constructions religieuses khmères, de l'époque pré-angkorienne, au début du VIIe siècle, jusqu'au déclin de la période angkorienne, à la fin du XIIIe siècle. La plupart des grès qui ont servi à la construction des Temples d'Angkor proviennent de carrières situées sur le contrefort sud-est du massif des Kulen. à la fin du IXe siècle, à l'époque pré-angkorienne, l'usage du grès se développe. Il est surtout utilisé pour façonner les seuils des portes et leurs encadrements, les colonnettes, les linteaux, les statues. à l'époque angkorienne, le grès est employé pour construire la totalité du monument, associé parfois à la latérite.

 

Latérite

Dans le périmètre du parc d'Angkor, elle peut être extraite à une profondeur d'environ 4 m et sur une épaisseur moyenne de 1 m.

La latérite à l'état brut se présente comme un matériau plastique facile à découper. Les Khmers l'ont prélevée en blocs de 40 cm de haut environ, mais pouvant atteindre une longueur de 2 m environ. Exposée à l'air libre, cette matière, en se desséchant, durcit en formant de petites cavités, ce qui la rend impropre à toute sculpture. La latérite a surtout été utilisée pour bâtir des murs d'enceinte et comme contre-mur dans les soubassements. Certains Temples montagnes ont leurs gradins revêtus de latérite qui a été aussi utilisée concurremment avec le grès.

Bois

Le Cambodge était et est toujours un pays de forêt avec une tradition très ancienne du travail du bois, au point que de nombreux éléments du Temple sont traités, non pas avec une technique de tailleur de pierre, mais de menuisier ou de charpentier. Durant les périodes pré-angkoriennes, le bois est utilisé tant pour construire le palais du roi que l'humble paillote du paysan. Dans les Temples, les portes, les faux plafonds, les fourrures de linteaux sont en bois. Certains Temples ont même été réalisés tout ou partie en bois, en attente d'une construction définitive en dur. Il n'en reste rien.

 

La construction

 

Architecture Khmère

Murs

Les murs de brique des Temples khmers n'étaient pas forcément réalisés en totalité avec ce matériau mais, souvent, deux parements de brique servaient en quelque sorte de coffrage au garnissage intérieur en « tout-venant ». Les blocs de grès sont posés à sec, parfaitement jointifs, si bien qu'on a parfois du mal à repérer un trait de séparation. Au début de l'utilisation du grès, les joints horizontaux des murs étaient parfaitement alignés. Par la suite, peut-être à cause de la rareté de la pierre, on a utilisé des blocs « tout-venant », en les disposant non en fonction des joints, mais en fonction de la forme plus ou moins fantaisiste des blocs, pratique nettement visible, notamment, sur les murs du Bayon. Cette disposition ne pouvait que précipiter la dislocation des parois en cas de faiblesse des fondations.

   
Architecture Khmère

Voûtes

Dans un pays où perpétuer la présence d'un dieu dans un sanctuaire constituait un souci primordial, il était naturel de prévoir comme couverture de ce sanctuaire un matériau qu'on souhaitait impérissable. Pour ce faire, les Khmers ont eu recours, dans un premier temps, à la brique et, par la suite, à des dalles de grès. Cependant, le système de couverture employé - la voûte en encorbellement - allait limiter la possibilité de franchir de grandes portées et de réaliser de vastes salles mais, en fait, ce besoin ne se faisait pas sentir, puisqu'il n'y avait pas lieu d'abriter un groupement important de fidèles. Ce procédé ne produit aucune poussée latérale sur les points d'appui, mais la défection d'une seule pièce de l'ensemble entraîne couramment la chute de la voûte tout entière.

Le style du Bayon, avec des tours à visages, ne modifie pas le système de construction des voûtes, car les visages ne sont sculptés que dans l'épaisseur du parement. Dans les tours, la partie supérieure de la voûte, que celle-ci soit réalisée en brique ou en dalles de grès, se termine en étroite cheminée qui communique avec un conduit exigu qui perce le couronnement.

   
Architecture Khmère

Escaliers

Les Khmers ont toujours apporté un grand soin à la réalisation de leurs escaliers. C'est avec l'apparition des Temples montagnes que, par la disposition même de ces monuments, les escaliers ont pris toute leur importance, au point qu'ils sont devenus un des éléments essentiels et caractéristiques de l'architecture khmère.

à l'époque pré-angkorienne, du fait de la faible hauteur de la plupart des soubassements, les marches d'accès sont peu nombreuses et la pente de l'escalier est douce, avec des marches et des contremarches de dimensions à peu près égales. Dès le milieu du IXe siècle, au tout début de l'époque angkorienne, l'adoption du Temple montagne va notablement modifier les proportions des marches des escaliers d'accès aux sanctuaires ; la contremarche devient plus importante que la marche, et la pente de certains escaliers ira jusqu'à atteindre 70 %, si bien que, logiquement, on se demande comment on pouvait escalader de telles marches et si, en fait, ces escaliers étaient vraiment conçus pour être gravis. Si la marche courante de l'escalier ne présente pas de caractéristiques notables quant à sa décoration, la première marche de départ de l'escalier et même la marche de départ des volées sont traitées en « accolade » et parfois doublées, avec un tracé mouluré ou décoré plus ou moins compliqué. On note quelques moulurations de contremarches à partir de la construction du Baphuon.

 

Ouvertures

Portes

La décoration des encadrements est assez rare à l'époque pré-angkorienne, mais elle tend à se généraliser dès la fin du IXe siècle jusqu'à devenir complexe par la suite. à l'époque angkorienne, l'entourage des portes ouvrantes et des fausses portes reste le même, sauf que ces divers éléments sont maintenant réalisés en pierre. à partir d'Angkor Vat, les piédroits des portes commencent à être montés par assises. C'est l'étude systématique des portes et de leur décoration qui a été déterminante pour le classement par styles de l'architecture khmère.

 
Architecture Khmère

Fenêtres

On ne connaît aucun monument de l'époque pré-angkorienne qui comporte des fenêtres. Les premiers témoignages appartiennent au début de l'époque angkorienne. l'encadrement des fenêtres part du même principe que celui des portes. On distingue plusieurs types de fenêtres :

- les fenêtres libres qui ne comportent ni système de fermeture, ni barreaudage.
- les fenêtres à balustres : il s'agit de fenêtres libres qui ont reçu un barreaudage de balustres en grès tourné, portant des bagues plus ou moins nombreuses formant des moulures.
- les fenêtres hautes existaient déjà dans certains bâtiments en brique. Elles sont, la plupart du temps, clôturées par des claustras de forme carrée ou en losange. Leur encadrement est sculpté dans la brique.
- les fausses fenêtres sont réalisées par un enfoncement du mur.

 

Supports

 
Architecture Khmère

Pilier

Le pilier est assez rare à l'époque pré-angkorienne. De section carrée, il est d'abord monolithe, découpé dans un bloc de grès. Cependant, dans le courant du XIe siècle, apparaissent les premiers piliers montés par assises. à l'époque angkorienne, il devient un des éléments caractéristiques du style, où il est utilisé comme support d'entablement. Il est mis en place dès le début du Xe siècle dans les galeries à couvertures de tuile et, au XIe siècle, à l'intérieur des salles. C'est seulement à partir d'Angkor Vat que les piliers des galeries soutiennent des voûtes en blocs de grès. Le pilier possède un chapiteau sur lequel s'ordonne une suite de moulures. Sa base reproduit en général le chapiteau en l'inversant.

 

Colonnettes

Dès l'époque angkorienne, les colonnettes monolithes en grès, qu'elles soient libres ou engagées, ont été employées pour soutenir les linteaux de pierre qui se trouvent au-dessus des portes et des fausses portes. Au début, leur section est circulaire. Par la suite, durant la période angkorienne, on rencontre des colonnettes libres de sections octogonales, obtenues en abattant les quatre angles d'un bloc de section carrée, mais on trouve aussi, suivant qu'elles font ou non partie des piédroits des portes, des colonnettes à trois ou cinq faces à partir d'Angkor Vat, apparaissent des fûts montés par assises.

Mise en œuvre

La construction de certains ensembles monumentaux du Cambodge n'a été rendue possible que par une coordination puissante de tous les corps d'état, spécialisés ou non dans le travail de la pierre. L'organisation de chantiers à de telles échelles ne pouvait être le fait que d'un état fort et solidement établi, disposant de richesses, de grands moyens matériels et humains, et pouvant, éventuellement, contraindre tout un peuple à participer à un travail colossal. Mais qui étaient ces ouvriers qui, par dizaines de milliers, ont œuvré à la construction des Temples ? Tout d'abord des autochtones, spécialisés dans le travail de la pierre, peut-être formés, au début, par des sculpteurs venus de l'Inde, des manœuvres qui charriaient les blocs, des paysans libres ou esclaves, des prisonniers de guerre aussi, et les hommes et les femmes déplacés à la suite de l'occupation d'un territoire. évidemment, faute de documents, nous restons dans le domaine des hypothèses.

Si on interprète les échafaudages actuels comme un prolongement possible des systèmes anciens, avec leurs techniques spécifiques, on peut avancer que les blocs étaient amenés à pied d'œuvre en glissant sur des rouleaux de bois, qu'ils étaient ensuite hissés avec des cordages de lianes, grâce à un portique permettant la mise en place et l'ajustage définitif des pierres. Lorsqu'il fallait monter les blocs jusqu'aux parties les plus hautes de la construction, on utilisait soit des troncs d'arbres ligaturés entre eux, qui servaient de rampes, soit des échafaudages relais. Tous les éléments de bois étaient débités dans la forêt toute proche. Il est possible que les cavités que l'on remarque sur de nombreuses pierres aient servi de points d'ancrage pour la manipulation.

La décoration

Il est bien évident que la représentation des scènes religieuses sur les murs des Temples était, avant tout, destinée à édifier les fidèles venus honorer les dieux. De notre point de vue d'« homme moderne », ces bas-reliefs constituent, principalement, un merveilleux décor mural.

 

Dieux principaux

 
 
Brahma

Il est toujours figuré avec quatre têtes et quatre bras. En bas-relief, il apparaît dans diverses compositions comme sur les frises des neuf dieux, où il est monté sur le cygne Hamsa. Il survole le sommeil cosmique de Vishnou. Sur de rares linteaux de l'époque pré-angkorienne, il est présent comme divinité principale.
 
Architecture Khmère Vishnou

Il est souvent représenté debout avec les attributs dans ses quatre mains : une sphère (la terre), le disque, la conque et la massue, aussi bien sur la brique que sur le grès, mais ce sont les images de Vishnou couché sur le serpent flottant sur les eaux cosmiques, qui sont les plus fréquentes, notamment sur les linteaux de la période pré-angkorienne, Tous les avatar de Vishnou n'ont pas été représentés sur les bas-reliefs. Cependant, Krisna, l'avatar principal du dieu, est présent sur les murs d'Angkor Vat. ou il intervient dans l'épopée du Mahabharata. Dans d'autres tableaux d'Angkor Vat, Vishnou s'incarne dans Rama pour mettre un terme au pouvoir tyrannique des démons qui hantent l'Ile de Lanka. Sous sa forme de tortue, il est le support du mont Mandara sur le bas-relief du « Barattage de la mer de lait ». La plupart du temps, Vishnou est monté sur Garuda.
 

Shiva

Ses représentations sous l'apparence humaine sont nettement moins nombreuses que celles de Vishnou, le linga (phallus) demeurant le symbole le plus caractéristique de ce dieu. Dans les bas-reliefs, c'est dès la fin du Xe siècle que les images de Shiva deviennent plus fréquentes et se diversifient. Sa monture est le taureau sacré Nandin.

 

Personnages divins ou divinisés

Dans les temples, les images de ces personnages, qui sont pratiquement communs aux religions brahmanique et bouddhique, ne jouent qu'un rôle mineur, mais, par leur présence, ils participent à toute une symbolique.

Les Dvarapala, ou gardiens de porte, se trouvent sculptés sur les pilastres de part et d'autre des entrées principales des Temples. Celui situé à droite de la porte, tenant un trident, a l'aspect bienveillant, tandis que celui de gauche, au faciès inquiétant, tient une massue.

 
Architecture Khmère Les Devata sont des divinités féminines qui occupent, dans certains temples secondaires, la même place que les Dvarapala.
 

Les Apsara, nymphes célestes nées du barattage de l'océan, sont particulièrement nombreuses sur les murs et sur les piliers des temples du style d'Angkor Vat.

La scène où les Dieux (Deva) s'unissent aux Démons (Asura) pour baratter l'océan, se retrouve sur de nombreux bas-reliefs et notamment à Angkor Vat.

Les Rsi, sages barbus, sont figurés les jambes croisées et les mains jointes en signe de prière, tant sur les frises que sur les pilastres, les piliers et les colonnettes.

 

 

Représentations animales

 

Architecture Khmère Naga, le génie des eaux. Le serpent naga tient une place importante tant dans l'iconographie que dans le décor architectural khmer. Son corps cylindrique porte plusieurs têtes dressées, toujours en nombre impair, qui forment une corolle. On le trouve sur les linteaux, supportant le dieu Vishnou endormi sur les eaux cosmiques. Il sert de corde pour baratter l'océan. Il est présent à plusieurs époques comme garde-corps des chaussées. De part et d'autre des accès à Angkor Thom, il est porté par les dieux et les démons, et il évoque, probablement, l'arc-en-ciel, le lien entre la terre et le ciel. Doublé, il enserre, comme pour le défendre, le sanctuaire du Neak Pean. Il s'associe très souvent avec son ennemi, le Garuda l'oiseau mythique -, surtout dans les balustrades de la période angkorienne, pour former des compositions très originales. Enfin, dans les représentation:; bouddhiques, il abrite la plupart du temps le Bouddha en méditation assis sur ses anneaux.
 

Taureau

Le taureau à bosse ou zébu, grand bovidé domestique originaire de l'Inde, est figuré en bas-relief, sur les piédestaux, les linteaux et les frontons. Sous les traits du taureau blanc Nandin, monture de Shiva, on le trouve, couché, devant les entrées des sanctuaires dédiés à ce dieu.

 

Architecture Khmère Eléphant

Il est présent, harnaché, dans toutes les scènes de défilés militaires ou de batailles. En haut-relief, avec ses trois têtes accolées, il est la monture du dieu Indra. On peut le voir ainsi aux écoinçons des portes d'Angkor Thom. En ronde bosse, comme éléphant cosmique, gardien de l'est, il se trouve aux angles de certains Temples montagnes, surveillant les quatre orients.
 
Architecture Khmère Lion

En ronde bosse, il est curieusement interprété, car il prend plutôt l'aspect d'un caniche assis, hargneux, aux yeux globuleux et aux narines dilatées, montrant ses crocs. En haut-relief, il est souvent représenté en lion atlante, dressé sur ses pattes de derrière, comme on peut le voir sur les murs de la Terrasse des éléphants.
 

Sujets mythiques

 
 
Architecture Khmère Garuda

C'est un « oiseau mythique » qui est aussi bien représenté dans l'iconographie brahmanique que bouddhique. Il est le véhicule par excellence du dieu Vishnou. Son corps hybride est humanoïde, son buste et ses cuisses sont emplumés, sa tête est celle d'un oiseau de proie avec un fort bec crochu, ses yeux sont globuleux et ses oreilles semblables à celles d'un homme. On le rencontre sur des linteaux où il occupe principalement une position centrale, ainsi que sur des frises et sur des bas-reliefs. Il est fréquemment associé au Naga dans les balustrades.
 
Makara

C'est un animal composite fantastique, au corps de saurien et à la tête d'éléphant sans défenses, remplacées par une forte dentition. Le corps, très raccourci, se termine par une queue enroulée en volute. Le Makara joue un rôle décoratif important, dans l'art khmer. On rencontre parfois la tête du Makara utilisée en gargouille. Curieusement, et sans vouloir en tirer la moindre conclusion, cette sculpture semble présenter une certaine analogie avec la tête du Quetzalcóatl, que l'on peut voir sur les Temples précolombiens du Mexique.
   

La décoration des murs

à l'époque pré-angkorienne, les murs de brique entre les pilastres sont décorés de grands motifs sculptés ou modelés avant cuisson. Ils représentent surtout des « palais célestes ». Ces motifs sont ensuite recouverts d'un mortier de chaux que l'on ciselait suivant les besoins de la décoration. Dans le courant du Xe siècle, les murs se couvrent d'un décor ininterrompu disposé suivant une résille en diagonale, puis la décoration se découpe on carrés ornés de branches fleuries et de rinceaux Avec le style  d'Angkor Vat,  l'horreur du vide des sculpteurs khmers conduit a un décor proliférant en faible saillie, que l'on peut assimiler à une tapisserie ou à une dentelle. Ce procédé se développe avec le style du Bayon, et on retrouve des motifs jusque dans des endroits où ils ne se justifient pas. Dans certains monuments, surtout s'il s'agit de grands panneaux, la décoration florale cède la place à la représentation de scènes importantes en bas-relief.

Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés