Baudelet.net

Angkor Vat

Angkor Vat
Photo Satellite  Angkor Vat
Histoire des Rois Khmers
Histoire des rois Khmers Histoire des Rois Khmers
Angkor Vat

Angkor Vat est l'aboutissement parfait du Temple khmer : son plan, magnifiquement ordonné et équilibré, n'a d'égal que les belles proportions de son élévation. Ses décorations, particulièrement riches, et ses bas-reliefs, exceptionnellement composés et ciselés, constituent un « recueil de légendes sur pierre » d'une valeur et d'un intérêt iconographique rares.

Angkor Vat, assez bien protégé de la végétation, grâce notamment à la présence de monastères bouddhiques, a été, de tout temps, même après le quasi-abandon de la capitale khmère en 1431, un lieu de pèlerinage extrêmement fréquenté par les Cambodgiens.

Le Temple se présente sous la forme d'une haute pyramide à trois degrés sur laquelle sont posés le sanctuaire central et quatre tours en quinconce. Il est entouré par quatre enceintes qui sont circonscrites par une large douve.

En tenant compte de ces douves, Angkor Vat forme un rectangle d'environ 1 470 m sur 1 650 m de côté, couvrant une surface de plus de 240 ha. Le Temple lui-même, en bordure de la 3e galerie, ne mesure que 187 m sur 215 m. Ce monument constitue l'ensemble architectural le plus vaste d'Angkor. Contrairement à la plupart des Temples khmers qui ont leur entrée principale à l'est, on pénètre dans Angkor Vat par son côté ouest. L'orientation inhabituelle de l'accès a donné lieu de nombreuses controverses.

Angkor Vat est un Temple, mais aussi un tombeau construit du vivant du roi, dans la première moitié du XIIe siècle. Un Temple où Suryavarman II, Dieu Roi, s'identifie à Vishnou. Un tombeau où, à sa mort, ses cendres seront déposées. Déifié, il sera vénéré sous le nom posthume du « Roi qui est allé au suprême séjour de Vishnou ». Suivant la coutume brahmanique, on lui rend hommage par le rite funéraire qui consiste à tourner autour du Temple dans le sens inverse de celui des aiguilles d'une montre.

Angkor Vat Angkor Vat Angkor Vat
 

Après avoir  gravi quelques marches, on arrive sur une sorte de terrasse cruciforme défendue par des lions de pierre assis et par des naga dressés, malheureusement dégradés. Ils constituaient le départ d'une balustrade sur dés, aujourd'hui en grande partie disparue. Se développe ensuite, vers l'est, une allée large de 12 m et longue de 250 m, pavée de grandes dalles de grès sur lesquelles on pourra remarquer les sillons laissés par les roues des charrettes. Un débarcadère se situe de part et d'autre du milieu de la chaussée, une volée de marches permettant de descendre jusqu'au niveau du plan d'eau des douves. Ces degrés sont encadrés par des murs d'échiffre, supportant des lions de pierre. Les douves qui enserrent la quatrième enceinte composent deux magnifiques plans d'eau, uniquement séparés par les chaussées ouest et est. Larges de 200 m, elles couvrent une surface de 96 ha.

à l'extrémité de la chaussée ouest, plusieurs marches permettent d'atteindre le sol dallé du grand pavillon d'entrée (gopura), qui marque un des axes du mur de l'enceinte la plus extérieure, séparée des douves par une berge de 30 m de large. Le mur d'enceinte, de plus de 4 m de haut, est bâti de blocs de latérite reposant sur une forte base moulurée.

Angkor Vat

Angkor Vat

Le gopura de la face ouest est le plus étendu, avec une longueur de 100 m. Il est constitué d'un pavillon central et de deux pavillons annexes. Le pavillon central est bâti en grès. En forme de croix, il a deux porches et il est surmonté d'une toiture pyramidale à étages en retrait, en partie tronquée. Les deux pavillons annexes sont de composition identique à celle du pavillon central, mais de dimensions plus modestes.

Au nord et au sud de ces deux pavillons, s'étire une galerie surélevée d'une soixantaine de mètres de longueur. Elles se terminent toutes les deux, en cul-de-sac, sur une fausse porte en grès, décorée. Le mur côté Temple est aveugle, mais il est très ouvert côté douve, par une rangée de piliers. Le mur d'enceinte continue ensuite jusqu'aux trois autres gopura. Construits également en grès, ils mesurent près de 38 m de long pour une largeur moyenne de 26 m. Surélevés de quelques marches, ils présentent tous une salle centrale de passage, flanquée de chaque côté de salles annexes, avec piliers intérieurs.

 
La chaussée intérieure ouest dallée de grès, large de 9,40 m et longue de 350 m, est surélevée de 1,50 m par rapport au sol de la grande esplanade intérieure. Tous les 50 m, un escalier (douze en tout), situé de part et d'autre de la chaussée permet de descendre sur le vaste terre-plein, par six marches flanquées de murs d'échiffre. De chaque côté, et tout le long de la chaussée, des balustrades de naga montés sur des dés de pierre servent de garde-corps. Au bout de ses 350 m, la chaussée aborde une vaste plate-forme.

La terre qui constitue le massif intérieur de cette vaste plate-forme est contenue par un soubassement de grès de 1,40 m de hauteur par rapport au sol de l'esplanade précédente. De forme rectangulaire, cette plate-forme mesure 245 m de large sur 360 m de long. On y accède de l'esplanade par deux escaliers sur le côté ouest, en plus de la chaussée, et par trois escaliers sur chacun des deux autres côtés. Une naga-balustrade court tout le long de la bordure de la plate-forme, seulement interrompue au droit des escaliers et de la chaussée qui, finalement, vient buter contre une haute terrasse cruciforme annonçant l'arrivée au Temple lui-même.
 
Angkor Vat Angkor Vat Angkor Vat
 

De la chaussée, avant d'arriver à la plate-forme délimitée par la naga-balustrade, on observe de part et d'autre, une bibliothèque et un bassin. Dans l'axe des quatrièmes escaliers, en partant du gopura ouest, éloignées d'une vingtaine de mètres, se dressent les deux constructions de grès, appelées bibliothèques, malheureusement assez endommagées. Il s'agit de bâtiments cruciformes allongés, de proportions élégantes, larges de 35 m et longs de 55 m. Ils sont montés sur un haut soubassement de grès mouluré. On y accède par des escaliers situés sur les quatre faces, suivis de porches sur piliers. L'intérieur du bâtiment est constitué d'une salle centrale et de deux salles annexes ponctuées de piliers intérieurs. L'ensemble est éclairé par de nombreuses fenêtres à barreaux.

Revenant sur la chaussée et en direction du Temple, on notera les deux bassins rectangulaires symétriques par rapport à l'axe du monument. Larges de 53 m et longs de 110 m, ils étaient primitivement bordés d'une margelle de grès. Actuellement, seul le bassin nord a conservé son pourtour de pierre. C'est aussi celui qui, généralement, reste en eau toute l'année et est recouvert de lotus.

 
Angkor Vat

De 42 m de large sur plus de 50 m de long, la terrasse cruciforme est étagée sur deux niveaux, le premier à 2,50 m du sol et le second (décalé d'environ 0,50 m) à 0,50 m au-dessus. Le degré inférieur, limité par un mur de grès à grosses moulures, ménage un étroit passage autour de la plateforme supérieure. Il est élargi par un débord supporté par une succession de colonnes rondes cannelées verticalement. Trois escaliers, flanqués de lions, permettent d'atteindre les deux niveaux de la terrasse qui sont entourés par une naga-balustrade. On suppose que des danses sacrées étaient données sur cette terrasse.

La 3e enceinte du Temple est une galerie périphérique rectangulaire de 177 m sur 212 m. Tout le long de ses murs, elle déploie de magnifiques bas-reliefs. Sur les quatre axes principaux, la galerie est interrompue par un gopura plus ou moins important et chacun de ses angles est ponctué par un pavillon d'angle cruciforme. Large de 4,50 m, la galerie elle-même est bordée, côté Temple, par le mur aveugle qui porte les bas-reliefs et, sur l'extérieur, par une double rangée de piliers, laissant un premier passage de 2,40 m de large, et un second de 0,98 m. Le sol est dallé de grès et la couverture est constituée d'une voûte et d'une demi-voûte qui repose sur les piliers.

 
Angkor Vat Angkor Vat Angkor Vat
 

Les Bas-Reliefs sont sculptés dans le grès sur une hauteur de 2 m et l'ensemble des panneaux représente une surface d'environ 1 km2. On remarque que certaines parties des bas-reliefs paraissent polis. Cet aspect luisant est dû au frottement des mains des pèlerins cambodgiens, venus honorer le Temple pendant des siècles. Les sujets qui sont figurés se rapportent à la légende du dieu Vishnou et du roi Suryavarman II. La qualité de la sculpture est très inégale, les panneaux les plus aboutis se trouvent sur les côtés sud-ouest et sud-est, ainsi que sur les murs de la face ouest. Les autres représentations sont assez malhabiles et sans grande rigueur.

La Bataille de Kuruksetra est représentée galerie ouest, aile sud. Le panneau de ce bas-relief se déroule sur une longueur de 48 m. Sa composition procède de deux grands mouvements convergents, qui viennent se mêler au centre du panneau pour en constituer le motif principal. Il s'agit ici de raconter en images la bataille de Kuruksetra qui est un des épisodes de la lutte du clan des Kaurava contre celui des Pandava. Cet affrontement fait partie de la grande épopée indienne du Mahabharata.

 
Angkor Vat Angkor Vat Angkor Vat
 

La Galerie du Défilé Historique est représentée galerie sud, aile ouest. Long de près de 90 m, ce bas-relief est entièrement consacré au roi Suryavarman II, constructeur d'Angkor Vat. Sur le côté gauche, au début du panneau présenté sur deux registres, on assiste, sur celui du bas, à un défilé de gens de cour, tandis que, sur celui du haut, une troupe armée, accroupie, en position d'attente, protège le roi qui, au faîte d'une montagne, est assis sur un trône, entouré de savants et de hauts dignitaires. Puis, la troupe descend du sommet pour former avec les personnages du défilé, un nouveau cortège où se mêlent fantassins, cavaliers et éléphants de guerre, montés par les chefs de cohorte.

Autres galeries :

- la
Galerie des Cieux et des Enfers est représentée galerie sud, aile est. Ce panneau, long de 63 m, débute par trois registres et se termine sur deux. Il représente l'attribution, à la mort, des récompenses ou des châtiments, en fonction des actes, bons ou mauvais, effectués au cours de la vie.

-
Le Barattage de l'Océan de lait est représenté galerie est, aile sud. Ce bas-relief, long de 47 m, représente la lutte au cours de laquelle s'affrontent les tenants du bien et du mal. De composition symétrique par rapport au motif central qui représente Vishnou dirigeant le barattage de l'Océan, les dieux bienveillants (Deva) placés sur la droite tirent sur le serpent naga en guise de corde, alors que sur la gauche, les mauvais, les dieux déchus (Asura) leur donnent la réplique. Au bas du panneau, les poissons et les animaux étranges qui peuplent les eaux sont entraînés par le tourbillon provoqué par le baraton. De ce brassage sort la liqueur d'immortalité (amrita), d'où vont jaillir de nombreux êtres, parmi lesquels les Apsara, danseuses célestes.

-
La Victoire de Vishnou sur les Asura est représentée galerie est, aile nord. Sur ce panneau long de 50 m, a été représenté le dieu Vishnou sur sa monture, l'oiseau Garuda, faisant front avec succès aux nombreux Asura qui l'assaillent de toutes parts. La facture de ce bas-relief est nettement inférieure à celle que nous venons de voir, car il a été sculpté au XVIe siècle, à une époque où les traditions artistiques khmères s'étaient quelque peu émoussées.

-
La Victoire de Krisna sur l'Asura Bana est représentée galerie nord, aile est. Sur ce bas-relief, long de 67 m, à la sculpture maladroite exécutée aussi au XVIe siècle, se développe un nouvel épisode de l'épopée du dieu Vishnou qui se manifeste ici sous les traits de Krisna, un de ses nombreux avatar. Une lutte s'engage entre le dieu et l'Asura - le démon Bana - dévot de Siva.

-
Le Combat des Asura et des Deva est représenté galerie nord, aile ouest. Ce panneau long d'environ 95 m reprend à nouveau, mais avec une représentation différente, l'affrontement des dieux aimables et des anciens dieux déchus. On peut aussi concevoir cette image comme l'éternel combat entre la bonne et la mauvaise ordonnance du Monde, Pour cette grande bataille cosmogonique, on a fait appel à pas moins de vingt divinités de premier plan qui arrivent de la gauche du panneau, montés chacune sur son animal-véhicule. Les Asura viennent, eux, de la droite. Toutes les rencontres se font parmi un enchevêtrement de guerriers qui, par leurs attitudes souvent désordonnées, procurent un certain dynamisme à l'ensemble du panneau.

-
La Bataille de Lanka est représentée galerie ouest, aile nord. Sur plus de 50 m, on va suivre le déroulement d'un épisode de la bataille de Lanka qui fait partie du Ramayana, une des légendes du dieu Vishnou : par ses mauvaises actions, le géant Ravana, aux têtes multiples, démon qui règne sur l'Ile de Lanka (Sri Lanka), a indisposé les dieux. Ceux-ci demandent à Vishnou d'intervenir. En s'incarnant en Rama, et en s'alliant au roi des singes, Vishnou-Rama va affronter Ravana qui lui a ravi son épouse et la tient prisonnière dans son île.

Angkor Vat Angkor Vat Angkor Vat

Les deux galeries axiales du Préau Cruciforme, large de 47 m et long de 53 m, forment une croix. Les côtés nord, sud et ouest sont barrés par des murs pleins, la partie est étant bloquée par le mur de soutènement ouest de la 2e enceinte. Le préau se trouve partagé en quatre parties par les allées qui ont 8 m de large. Dans chacune des parties se trouve un petit bassin de forme carrée de 14 m de côté, constitué par des murs de grès moulurés de 3 m de hauteur. On peut atteindre le fond par des petits escaliers. Tous les passages sont bordés par des piliers disposés en double rangée, ce qui donne pour l'ensemble un total de cent soixante supports. L’entablement mouluré au-dessus des piliers est orné de frises d'Apsara.

La cour intérieure qui ceinture le pied du 2e degré de la pyramide mesure en moyenne 30 m de large sur les côtés nord, sud et est, et 45 m sur la face ouest, où se trouvent deux nouvelles « bibliothèques ». Elles sont posées toutes deux sur un soubassement de grande hauteur, de près de 6 m et accessibles par quatre escaliers. Les murs qui entourent la cour, rythmés par une succession de fausses fenêtres, sont d'un aspect sévère qui tranche avec le reste du monument.

La 2e enceinte est constituée d'un soubassement fortement mouluré de 5 m de haut, qui supporte une galerie périphérique. La galerie périphérique qui constitue, avec le soubassement, l'enceinte de ce deuxième niveau, est de forme rectangulaire, avec des côtés de 100 et 118 m. De 2,45 m de large, elle est interrompue par quatre gopura pratiquement de la même composition que ceux de la 3" enceinte, mais de dimensions réduites. Les pavillons d'angle, cruciformes, ont des murs massifs sans fenêtres. Les parois qui limitent la galerie vers l'extérieur, sont aveugles, avec une architecture scandée par de fausses fenêtres à balustres.

Angkor Vat Angkor Vat Angkor Vat

Sortant des galeries par la porte centrale du gopura ouest, on débouche sur un porche qui se trouve pratiquement de plain-pied avec une chaussée en forme de croix latine. Large de 2,50 m, elle est surélevée de 1,20 m par rapport au niveau du sol de la cour intérieure. Cette chaussée dallée de grès, bordée par des balustrades de naga, est supportée par une série de courtes colonnes de pierre. Elle donne accès, d'un côté, au grand escalier principal qui conduit à la dernière plate-forme du Temple et, d'un autre côté, aux deux petites bibliothèques  situées de part et d'autre de l'axe principal est-ouest du monument. Conçues sur le même modèle que les bibliothèques de la cour intérieure de la 3e enceinte, mais avec une seule salle, elles ont une largeur de 7 m et une longueur de 19 m, et leur soubassement ne mesure que 1,20 m de hauteur.

Haut de 12,50 m, le soubassement qui entoure le dernier massif est formé d'un mur de grès à plusieurs redans, très moulurés, et de hauteur dégressive de la base à la plate-forme finale. La galerie périphérique de cette enceinte forme un carré parfait de 50 m de côté. Large de plus de 2,50 m, elle comporte sur son mur extérieur une succession de fenêtres à balustres et, sur celui de l'intérieur, une série de piliers de grès, doublée d'une rangée supplémentaire de supports prenant appui sur une banquette un peu en contrebas.

Quatre gopura cruciformes se positionnent sur les axes principaux et, à chaque angle du quadrilatère, se trouve un pavillon au plan en forme de croix. Partant des gopura vers le centre, quatre galeries rejoignent le sanctuaire principal, elles sont plus spacieuses que les galeries périphériques, avec une largeur de 7 m, augmentée au milieu de leur longueur par l'adjonction de deux porches. La double rangée de piliers qui borde ces galeries en croix, forme avec la galerie périphérique quatre courettes, en contrebas de 1,60 m. On peut descendre dans ces courettes (ou bassins à ablutions), par des escaliers situés à la sortie des porches.

Le Sanctuaire Central constitue le cœur du Temple. Il est en forme de croix avec une cella carrée de 5,50 m de côté, prolongée selon chacun de ses axes principaux par deux salles ajourées de surface inégale, ce qui donne au plan de base de la tour un empattement de près de 18 m. La tour du sanctuaire s'élève à 35 m au-dessus du sol de la galerie de la 1re enceinte, et 58 m par rapport au niveau du sol naturel de l'esplanade intérieure.

Primitivement, la cella s'ouvrait sur ses quatre faces et abritait la statue du Dieu Roi (Vishnou-Suryavarman II). L'occupation des lieux par les moines bouddhistes, il y a plusieurs siècles, a modifié la disposition, d'abord en supprimant l'image Vishnouite, puis en murant quelques ouvertures et en ménageant des fausses portes avec des représentations de Bouddha debout.

Comme plusieurs Temples khmers, Angkor Vat comporte, au centre du sanctuaire, un profond puits. Les fouilles effectuées dans ce puits en 1935 ont permis de découvrir à 23 m de profondeur le dépôt de fondation du Temple sous la forme de deux blocs de latérite superposés qui enfermaient dans une cavité circulaire, creusée dans le bloc inférieur, deux feuilles d'or martelé, posées sur de la latérite concassée, séparées entre elles par quatre autres feuilles d'or de forme carrée, recouvertes de sable pur très fin, auquel étaient mêlés deux saphirs de couleur blanche.

Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés