Musée Guimet des Arts Asiatiques


 Musée Guimet
Site Officiel du Musée Guimet
 
Guimet Asian Art Museum Official Website
 
Musée Guimet

Né de la passion d’un richissime industriel lyonnais, Emile Guimet (1836-1918), pour les religions de l’Antiquité classique et de l’Orient, ce musée, abrité dès sa création dans le beau bâtiment néoclassique de la place d’Iéna, a accueilli dans ses premières années d’existence les collections personnelles de son fondateur, illustrant essentiellement l’iconographie religieuse. Cette orientation religieuse a été peu à peu abandonnée après la mort de Guimet, et le musée, rattaché à la Direction des musées de France dès 1927, s’est résolument tourné vers les arts d’Asie, que l’on découvrait à l’époque. Le transfert du riche fonds d’art khmer du musée indochinois du Trocadéro, démantelé en 1935, et de l’ensemble des œuvres du département des arts asiatiques du Louvre, en 1945, finit par entériner la vocation asiatique du musée Guimet.

Dès lors s’est posée la question de savoir comment mettre en valeur ces œuvres, souvent exceptionnelles, qui couvrent une aire aussi vaste dans le temps (cinq millénaires) que dans l’espace (de l’Inde au Japon). Les ajouts successifs de salles et l’entassement des collections et des donations dans un souci d’exhaustivité n’ont fait que brouiller la lisibilité d’un musée devenu « labyrinthique », aux dires même de ses conservateurs.

C’est pour sortir de cette logique du musée des collections que des travaux de restructuration ont été entrepris dans les années 90. Ces travaux, qui ont duré cinq ans, ont profondément modifié l’intérieur du bâtiment. La surface utile est passée de 10 236 m2 à plus de 12 709 m2, en même temps que le patio, de nouveau baigné par la lumière du jour et autour duquel s’élèvent les balcons et les galeries superposés, a retrouvé sa centralité structurelle et fonctionnelle. La nouvelle architecture a surtout permis de repenser le parcours muséographique qui s’ordonne aujourd’hui de manière simple, selon une logique double, chronologique et géographique.

Au rez-de-chaussée, s’exposent les collections consacrées à l’Inde et à l’Asie du Sud-Est, tandis que les arts de la Chine, du Japon et de la Corée brillent de tous leurs éclats dans les étages supérieurs. Et la visite à travers chaque aire se déroule désormais dans un sens historique, allant des pièces les plus anciennes aux plus récentes.

Réparti sur cinq niveaux, le nouveau parcours fait la part belle aux cultures indianisées du Sud-Est asiatique dont la richesse est évoquée à travers des statues d’inspiration brahmanique - pures poésies en grès et en bronze -, mais aussi à travers des éléments de décor architectural de Temples et de monuments bouddhiques qui rappellent la splendeur que furent l’Angkor Vat (Cambodge) et le Borobudur (Indonésie).

Musée Guimet
Musée Guimet

Pénétrant dans le musée, le visiteur se retrouve nez à nez avec toute l’exubérance de la mythologie indienne représentée par le cobra monumental à sept têtes, venu tout droit de la « chaussée des Géants » du Preah Khan d’Angkor. Quelle meilleure introduction aux cultures métissées de la péninsule indochinoise, nées de la rencontre des religions et des langues indiennes avec des traditions et des manières d’être locales !

Musée Guimet
Musée Guimet Musée Guimet Musée Guimet

Mais c’est le bouddhisme qui sert de lien entre les différents niveaux, entre le monde indianisé et l’aire culturelle sino-japonaise. Le superbe torse de Bouddha en grès rose, au drapé mouillé finement ciselé, exposé dans la salle indienne, comme la statue en bronze du bodhisattva méditant (être qui aspire à acquérir l’état du Bouddha) de la collection coréenne et les tissus peints tibétains ou les fameux tang-ka du premier étage, qui racontent des épisodes de la vie de « l’éveillé », réitèrent un message unique, une unité de vision au-delà des esthétiques très différentes. La richesse des salles supérieures réside aussi dans les objets laïcs, décoratifs, tels les céramiques, les mobiliers ou le superbe paravent de la dynastie Qing (1621) avec lequel se termine la visite.

Elle ne se clôt pas vraiment, car le public qui se presse nombreux autour des vitrines et des socles de présentation de ce musée métamorphosé en sort médusé, certaines personnes marquées peut-être pour la vie par la magnificence, le mystère et la volupté que transmettent les œuvres exposées, même les plus banales en apparence.

Tirthankar Chanda
Universitaire

Musée Guimet Musée Guimet Musée Guimet
Iéna ou Boissière Ouverture du 9h45 à 17h15 tous les jours sauf le mardi
 
Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés