Montmartre

Montmartre
Photo Satellite Sacré Coeur
Montmartre
Les Moulins de la Butte Montmartre
  L'engagement d'Ignace et de ses compagnons
Crypte du Martyrium de saint Denis

Montmartre

La Butte Montmartre s’élève à plus de 130 mètres au-dessus du niveau de la Seine, c’est le site naturel le plus haut de Paris. Les carrières de gypse exploitées par les Romains furent utilisées comme lieu de refuge des premiers chrétiens. Cette éminence, vouée au culte de Mercure accueille, dès le VIème siècle, un hameau, une chapelle et un cimetière. Elle prend, au IXème siècle, le nom de Mons Martyrium, en souvenir des martyrs de St Denis (l'évangélisateur des Parisiens qui y fut décapité au IIIème siècle aurait marché jusqu'à l'emplacement actuel de Saint-Denis où il aurait été enterré) St Rustique et St Eleuthère. La présence des vignes est attestée dès le Xème siècle ; on sait qu'elles sont ravagées par une tempête en 944. En 1096 les moines de St Martin des Champs y fondent une abbaye ; ils sont remplacés, en 1147, par des Bénédictines qui y développèrent les vignes et les moulins. De nombreux Saints sont passés sur cette colline : Saint Germain, Sainte Clotilde, Saint Bernard, Sainte Jeanne d'Arc, Saint Vincent de Paul, et bien sûr Saint Ignace de Loyola et Saint François-Xavier qui, avec leurs compagnons, y fondent la Compagnie de Jésus (Jésuites) en 1534. En 1794, sous la Révolution, le couvent était détruit et la dernière soeur était guillotinée. De cet établissement, subsiste aujourd'hui, l'une des plus anciennes église de Paris : St Pierre de Montmartre. La Butte portait dans ces jours le nom "Mont Marat", après Jean-Paul Marat, un des meneurs de la Révolution. En 1871 Montmartre était la scène du commencement et de la fin de la Commune. Aujourd'hui on appelle Montmartre encore "commune libre". En raison de la lumière des hauteurs et surtout de la modicité des loyers, la butte fut colonisée par les artistes à partir du XIXème siècle.

Montmartre

La Basilique du Sacré-Coeur

Septembre 1870: l'armée impériale est défaite à Sedan, Napoléon III est prisonnier des Prussiens ; le pays connaît une crise politique et sociale majeure, que la Commune ne fait qu'aggraver. Mais cette crise est également morale ; aussi certains esprits en appellent-ils à la réparation et à la rédemption nationale à travers le Sacré-coeur de Jésus. En 1874, le site de Montmartre fut rapidement choisi pour l'édification de la basilique : le sommet de la butte est libre de constructions. Il est , de surcroît, associé à la vie de Saint Denis. Paul Abadie a 62 ans lorsqu'il remporte le concours du Sacré-Coeur. Les travaux de la basilique débutent le 16 juin 1875. La butte Montmartre, truffée de carrières d'extraction de gypse, imposa la construction de fondations particulièrement profondes (plus de 33 mètres). Cinq architectes se succédèrent après la mort d'Abadie (1884) ; Jean Louis Hulot sera le dernier : il achèvera le clocher et la sculpture ornementale de la basilique, inaugurée le 16 octobre 1919. Construit en pierre calcaire de Château-Landon (qui a la particularité de blanchir au contact de l'air et de l'eau de pluie) l'édifice repose sur une crypte d'une superficie égale à celle de la basilique. Faisant suite au porche et au narthex, la nef présente un plan carré, elle est prolongée par le choeur, coiffé d'une vaste coupole et entouré de sept chapelles. Dans la basilique on trouve le plus grand mosaïque du monde, couvrant un surface de 475 m2. Elle représente le Sacré-Cœur de Jésus glorifié par l’église catholique et la France. à sa base on peut lire une phrase en latin signifiant: "Au Coeur très saint de Jésus, la France fervente, pénitente et reconnaissante". Les dimensions : largeur : 85 mètres - longueur : 35 mètres. Dôme : Hauteur 83 mètres. Coupole : hauteur 55 mètres, diamètre 16 mètres. Du parvis de la Basilique, on voit toute la ville de Paris. La visite du Dôme, qui s'élève à plus de 200 mètres, permet d'apprécier un paysage qui s'étend à 50 km à la ronde. C'est donc le point le plus élevé de Paris après la Tour Eiffel (elle-même construite en 1889 !)

Montmartre

Le Lapin Agile

Vers 1860, le "Cabaret des Assassins" offre aux parisiens en mal de pittoresque sa terrasse accueillante, ombragée d'un grand acacia, et son petit vin clairet. Transformé en auberge en 1886 par une ancienne danseuse fin cordon bleu, il reçoit parmi ses habitués Alphonse Allais, Caran d'Ache ou André Gill. Ce dernier décore la façade d'un lapin facétieux bondissant d'une casserole, et l'habitude se prend de désigner l'établissement sous le nom de "Lapin à Gill", vite déformé en "Lapin Agile". Racheté en 1902 par Aristide Bruant, il est confié à un couple de gérants, Berthe et Frédé, célèbres pour la générosité de leur accueil aux rapins désargentés, Picasso, Modigliani, Utrillo... Même l'âne, Lolo, connaît son heure de gloire au Salon des Indépendants de 1910 sous le pseudonyme de Boronali, transparent anagramme d'Aliboron: il est l'auteur d'un "Coucher de soleil sur l'Adriatique", réalisé grâce à l'immersion de son appendice caudal dans différents pots de couleur... L'inspirateur de cette mystification, Dorgelès, rédige un manifeste aux accents futuristes: "L'excès en art est une force... Place au génie de l'éblouissement !" avant de révéler l'affaire à la presse, constat d'huissier à l'appui.

Montmartre

La Place du Tertre

Située autrefois contre le mur de clôture de l'abbaye de Montmartre, l'ancienne place villageoise est vouée aujourd'hui au tourisme : terrasses de café et chevalets accueillent les visiteurs. C'est au restaurant de La Mère Catherine que le mot russe "bistro" (vite) fit son apparition, amené par les occupants russes qui campèrent en 1814 sur la butte.

Montmartre

Le Funiculaire

Le premier funiculaire de Montmartre entre en service en 1900 : la propulsion des deux cabines est assurée par un contrepoids d'eau. En 1931 la concession prend fin. En 1935 c'est un nouveau funiculaire qui entre en service utilisant deux véhicules se faisant contrepoids et le déplacement de l'ensemble est assurée par l'énergie électrique. En 1991 le funiculaire est à nouveau modernisé afin d'accueillir encore plus de monde, utilisant toujours l'électricité pour la traction et l'eau en guise de contrepoids.

Abesses, Lamarck Caulaincourt, Blanche ou Pigalle

 
Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés