Baudelet.net

Les Champs-Elysées

Champs-Elysées
Photo Satellite Champs-Elysées

Champs-Elysées

Champs-Elysées

Champs-Elysées

Cliquez sur la photo de votre choix pour l'agrandir

Les Champs-Elysées voie triomphale de la "Ville lumière". De par son tracé exemplaire, cette avenue demeure toujours aussi prestigieuse avec ses 71m de largeur. L'avenue a été tracée sur un terrain inégal à l'origine, comme l'attestent les rues adjacentes; soit en contrebas, soit en surélévation. Il fallut donc tantôt creuser, tantôt remblayer pour donner aux Champs-Elysées la pente régulière que l'on connaît.

Au XIVème siècle, ce n'était pourtant que champs et marais. Marie de Médicis y fit planter des allées d'arbres, ce fut le Cours-la-Reine. La partie parc-promenade est ce qui survit des anciens jardins. Les cosaques et les troupes anglaises y campèrent lors de l'occupation de Paris en 1815, et alimentèrent leurs feux de camp avec les arbres des jardins... Il fallut deux ans pour réparer les dégâts.

C'est durant le jour, un quartier d'affaires que font oublier le soir le Drugstore Publicis, premier du genre en France (Le 22 septembre 1972 à 22 heures, le feu ravagera cet immeuble haussmannien), Le Lido, cabaret quelque peu institutionnalisé avec ses nus bien corrects, les grands cafés comme le Fouquet's qui vient d'être sauvé, cinémas et restaurants qui ont tendance à être remplacés par des fast-food.

Aux jours des grands émois nationaux, c'est sur cette voie qu'ont lieu tous les défilés, 14 Juillet, 11 Novembre. Sur le rond-point à gauche en montant, l'ancien hôtel particulier des LeHon, ensuite occupé par Jours de France qui lui a ajouté une aile. La comtesse LeHon, femme d'un ambassadeur, était surtout célèbre par sa liaison avec son voisin le duc de Morny. Au n° 25 demeurait la marquise de Païva, célèbre aventurière. Son hôtel, de style Second Empire, assez surprenant, abrite le siège d'une banque. Au n° 68, nous avons l'immeuble Guerlain, de 1913, très belle réussite de l'architecture de l'époque.

Le rond-point avec ses fontaines lumineuses, œuvre de Max Ingrand en 1958, est un carrefour important de la Rive droite. Qui imaginerait que l'avenue Montaigne était jadis bordée de bouges et de guinguettes ? On l'appelait "allée des Veuves"; celles qui ne pouvaient se montrer en ville pendant leur deuil avaient coutume de venir, en guise de consolation, chercher ici une aventure galante. Le célèbre bal Mabille, ouvert en 1840, se tenait sur cette allée à la hauteur de l'actuel n° 51. C'était le Palace de l'époque. Tous les "dandys" et les "lionnes" s'y retrouvaient pour danser la polka. Baudelaire, qui s'y connaissait en plaisirs, appréciait beaucoup cet endroit qui ne survécut pas à la guerre de 1870.

Champs-Elysées, Georges V, Franklin Roosevelt, Charles de Gaulle Etoile ou Concorde.

English Version
The Champs-Elysées triumphant way of the "City light". Due to its exemplary plan, this avenue remains always so prestigious with its 71m of width. The avenue was drawn on an uneven ground originally, as give evidence of it adjacent streets; either below, or in extra height. It was necessary sometimes to dig or sometimes to bank up to give The Champs-Elysées the regular hillside which one knows.

In the 14th century, it was nevertheless only fields and swamp. Marie de Médicis made it plant paths of trees, it was the Cours-la-Reine. The part park-walk is what survives from former gardens. The Cossacks and the English troops camped there during the occupation of Paris in 1815, and fed their fires of camp with the trees of gardens... Two years were needed to repair the damages.

It is during day, the commercial district that make forget the evening the Publicis Drugstore, the first one of the genre in France, (will burn in 1972 ), The Lido, cabaret a little institutionalized with its bare very correct, big cafes as Le Fouquet's which has just been saved, cinemas and restaurants which tend to be replaced by fast food restaurants.

In the days of the big national emotions, it is on this way that take place all the parades, in July 14, in November 11. On the roundabout to the left by rising, the ancient particular hotel of the LeHon, then occupied by "Jours de France" which added it a new part. The countess LeHon, the woman of an ambassador, was especially famous by her love with her neighbour the duke of Morny. In n° 25 lived the marchioness of Païva, the famous adventuress. Her hotel, of style Second Empire, surprising enough, shelters the seat of a bank. In n° 68, we love the building Guerlain, of 1913 , very beautiful success of the architecture of this time.

The roundabout with its brilliant fountains, Max Ingrand's work in 1958, is an important crossroads of the Right bank. Who would imagine that the avenue Montaigne was formerly lined with shanties and with guinguettes? One called it "path of the Widows"; those that could not show themselves in city during their mourning were in the habit of coming, by way of consolation, of looking here for a courteous adventure. The famous ball Mabille, opened in 1840, was held on this path as high as the current N° 51. It was the Luxury hotel of time. All the "dandies" and the "lionesses" met themselves there to dance the polka. Baudelaire, who knew there in pleasures, appreciated this place a lot which did not survive the war of 1870.

Champs-Elysées, Georges V, Franklin Roosevelt, Charles de Gaulle Etoile or Concorde.

 
Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2016 - Tous droits réservés