Basilique de Saint-Denis

Basilique de Saint-Denis
Basilique de Saint-Denis  Paris
         
Basilique Saint-Denis La Basilique de Saint-Denis d'élève sur l'emplacement d'un cimetière gallo-romain, lieu de sépulture du premier évêque de Paris martyrisé vers 250, dont l'histoire s'est embellie de légendes du Ve au XIe siècles. La tradition attribue à Sainte-Geneviève l'édification du premier sanctuaire aux alentours de 475. Dès le Ve siècle, Saint-Denis est un lieu de pèlerinage et au VIIe, Dagobert devient le bienfaiteur du monastère qui s'y est implanté.

En 754, Pépin le Bref s'y fait sacrer roi par le pape avec ses fils Carloman et le futur Charlemagne. Les liens entre l'abbaye et le pouvoir royal s'amplifiant au cours des siècles, elle s'impose comme l'une des plus puissantes du royaume sous l'abbatiat du Suger (1122-1151), conseiller des rois, régent de France pendant la seconde croisade. Lieu de mémoire, son histoire se confond avec celle de la monarchie. De nombreuses reines y sont sacrées. L'abbaye grâce à la présence des reliques des saints martyrs, assume une triple protection : celle du corps et de l'âme du roi par sa fonction de nécropole, celle du royaume symbolisée par la présence de l'oriflamme, bannière royale, et celle de la couronne par la conservation dans son trésor - l'un des principaux d'Occident - des objets du sacre, les regalia. Guerre de Cent ans, guerres de religion, troubles politiques contribuent au déclin de l'abbaye royale de Saint-Denis bien avant que la Révolution ne le précipite.
 Basilique Saint-Denis  Basilique Saint-Denis  Basilique Saint-Denis
Dès le haut Moyen-Âge, Saint-Denis a un rôle de nécropole royale, plusieurs rois mérovingiens l'ayant choisi pour lieu de sépulture. Dagobert est le premier à s'y faire inhumer, mais avant lui la reine Arégonde, belle-fille de Clovis, y avait sa tombe, d'une richesse exceptionnelle, découverte lors de fouilles archéologiques dans la crypte. Plusieurs Carolingiens y sont enterrés, dont Charles Martel, Pépin le Bref et Charles le Chauve. A partir d'Hugues Capet, tous les souverains à l'exception de trois - Philippe Ier, Louis VII et Louis XI - sont inhumés à Saint-Denis. C'est Louis IX (Saint Louis) qui commande les premiers gisants de pierre. Quant à la tombe du saint roi, ouvrage d'orfèvrerie, elle a été détruite pendant la guerre de Cent Ans.
 
 Basilique Saint-Denis Basilique Saint-Denis  Basilique Saint-Denis 
 
46 rois, 36 reines, 63 princes et princesses, 10 grands du royaume y reposèrent jusqu'à la Révolution. Rois sans tombeaux, les Bourbons prenaient place dans la crypte aménagée en caveau, leurs corps embaumés enfermés dans des cercueils posés sur des tréteaux de fer.

En 1793 les révolutionnaires s'attaquent au symbole de la monarchie. Les tombeaux sont démontés, certains détruits, comme celui d'Hugues Capet. Les corps profanés sont jetés dans des fosses communes. La Restauration restitue à l'abbatiale son rôle de nécropole royale. En 1817, Louis XVIII fait inhumer dans la crypte les ossements des rois. Il fait transférer depuis le cimetière de la Madeleine, les corps de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Les tombeaux récupérés par Alexandre Lenoir pour son musée des monuments français sont remis en place et restaurés.

Avec plus de 70 gisants et tombeaux, la nécropole royale de Saint-Denis s'impose comme le plus important ensemble de sculpture funéraire du XIIe au XVIe siècle.
 
 Basilique Saint-Denis Basilique Saint-Denis  Basilique Saint-Denis 
 
Basilique de Saint-Denis
 
Contact
Aucune partie de ce site ne peut être utilisée ou reproduite sans autorisation. Les liens simples vers toute page du site baudelet.net sont autorisés.
© Antre du Web 2014 - Tous droits réservés